Nice : on empêche les voitures de venir en ville.

Avec le construction du tramway de grand luxe (1 milliard quand même !) on va supprimer les lignes de bus qui font doublon. 800 trajets quotidiens vont disparaître, car comme l’affirme le premier adjoint, Philippe Pradal, « On ne va pas les faire rouler en même temps sur les mêmes parcours ». C’est logique.

Ce sera le cas des rues Joffre, Pastorelli, hôtel des Postes, Liberté et Buffa où les couloirs de bus vont être remplacés par des pistes cyclables. Effectivement la ville est très en retard par rapport aux autres villes françaises et on installe un service « vélo bleu » pour un budget annuel de 500.000 €. Il faut avouer qu’un service de vélo est réalisable dans le plat de la commune, car seuls les sportifs vont grimper Cimiez ou le Mont Boron…

1200x768_pistes-cyclables-vont-remplacer-couloirs-bus-square-joffre

Square Joffre – Ville de Nice

Mais nombreux sont ceux qui se demandent s’il ne faudrait pas remplacer ces couloirs de bus par des places de parking. Ils sont hors de prix dans le centre de Nice et ce coût éloigne les clients potentiels des commerces locaux, les rues en question étant particulièrement marchandes. Nombreux sont les niçois qui se plaignent de la désertification de la ville ; en effet l’impossibilité du stationnement entraîne le départ d’une clientèle extérieure à la ville. Il est vrai qu’en échange la commune facilite la construction de centres commerciaux dans les banlieues avec des parkings gratuits pour détourner l’activité commerciale urbaine. Cette désertification entraîne également un sentiment d’insécurité.

Tram plus vélo en échange d’automobile, voila le destin du centre de Nice.

Christian Gallo – © Le FIcanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Offrez-vous un yacht invisible !

 

Invisible ? Effectivement il se fond sur l’eau et le ciel, et disparaît. Entièrement recouvert de verre fabriqué en Allemagne, il reflète l’image de la mer. Dès que l’on s’éloignera à 50 mètres du navire il n’apparaîtra plus. Lorsque l’on sera à bord on aura l’impression de flotter dans les airs.

mirage-invisible-superyacht-concept-designboom-1

mirage-invisible-superyacht-concept-designboom-2

Ce sont les sociétés Fincantieri en Italie et Van Geest en Hollande qui étudient depuis un an ce somptueux yacht ; ils prévoient encore trois années pour le construire. Le yacht comprendra six ponts, un héliport, un spa, un cinéma en plein air et un théâtre. Ses 4.200 tonnes pourront accueillir 43 personnes : 14 invités et 29 membres d’équipage (il faut cela pour un service de qualité à bord). Sa vitesse sera de 19 nœuds. 

mirage-invisible-superyacht-concept-designboom-3

mirage-invisible-superyacht-concept-designboom-4

Détail : vous allez pouvoir vous l’offrir pour 230 millions d’euros environ (après on se demande pourquoi autant de gens jouent au loto)… Au fait, le navire se nomme «Mirage» !

Christian Gallo – © Le Ficanas ® – Info : https://www.designboom.com. 

Et maintenant, rêvez !

Publié dans Actualité | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Mélenchon 1 – Johnny 0

Quelle époque ! Les stades ne suffisent plus, maintenant les équipes s’affrontent en direct à la télévision. L’équipe Johnny avait, elle, préparé le terrain : enterrement grand format, guerre familiale, depuis la mort de l’interprète les attachés de presse avaient alimenté quasi quotidiennement les médias. Mélenchon, non. Manifestations ratées, écoute moyenne, il se plantait le mec. Comment faire face à un Johnny mort, mais triomphant ? Mourir à son tour ? Il n’aurait même pas eu droit aux Invalides comme Aznavour… Mais Mélenchon est accro à la technologie de la communication; n’avait-il pas multiplié ses messages en apparaissant en hologramme sur des scènes de théâtre ? Alors là, sa perquisition en direct via son téléphone, ses phrases vindicatives pour devenir un martyr de la République, c’était drôle, mais c’était beau. D’autant plus qu’avec ses copains, ceints de l’écharpe tricolore, il vitupérait dans la rue. Histoire d’en rajouter il enfonçait les portes de sa permanence et bousculait un procureur. 

jean-luc-melenchon-photo-d-archives-afp

On pensait qu’un tel geste le mettrait en garde à vue, il n’en n’était rien car on le retrouvait à l’Assemblée nationale accusant le ministre de l’intérieur qui venait d’être nommé quelques minutes auparavant. Du grand Mélenchon applaudi par Marine Le Pen…

Tout allait-il se calmer pour laisser la place au divin Johnny ? Subitement Mélenchon eut peur : alors il s’attaqua à une journaliste de Toulouse, Véronique Gaurel, qui venait de lui poser une question très sérieuse. « Vous dites n’importe quoi. Est-ce que quelqu’un peut me poser une question en français et à peu près compréhensible ? Parce que votre niveau me dépasse ». Comment un accent issu de la langue d’oc, comme le Provençal à Marseille ! Pourtant il est bien élu à Marseille !

johnny-hallyday-ceremonie-des-emes-victoires-musique-zenith-paris-fevrier-2016_width1024

Mélenchon a-t-il gagné ? Oui pour deux jours, mais le jeudi soir à minuit l’équipe à Johnny a repris le dessus : sur LCI ou Cnews (c’est pareil), grande soirée sortie du disque en attendant minuit. Invités ceux qui ont écrit les paroles et composés les musiques pour dire que le résultat est bien. Minuit arrive, la FNAC est encore ouverte, le disque est disque de platine dès le départ (100.000 exemplaires commandés) et à la gare Montparnasse on a installé des écouteurs pour que l’on puisse entendre la voix venue de l’au-delà qui a trouvé une patrie « l’amuuurrr ».

Qui a gagné ? Mélenchon c’est certain sur l’audimat car cela a le mérite d’être très drôle, mais sur la distance c’est Johnny car on prévoit de vendre 800.000 disques ! Il faut bien nourrir son épouse et Warner…

Enfin au niveau manipulation des masses c’est gagné. Pavlovien, je vous dit pavlovien !

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Banksy n’est pas le premier à détruire son œuvre !

L’évènement, largement détourné, de l’œuvre auto-détruite de Banksy par lui-même serait inspiré d’un autre artiste ? Le Ficanas a trouvé une photographie de « Shred Rain » (pluie déchiquetée) réalisée par le japonais Tatsuya Tanaka. Ce dernier crée des scènes imaginaires avec des objets du quotidien et des personnages tout petits. Il réalise alors une photographie chaque jour et la publie dans son calendrier miniature.

180724tue

Dans Shred Rain on assiste à une destruction d’un feuille bleue qui symbolise la pluie. Comme à chaque fois la date de la création apparaît et celle-ci date du mardi 24 juillet 2018 ! Effectivement cela ne s’est pas passé en public chez Sotheby’s et l’action de Tanaka n’a pas eu le même retentissement. Une question fondamentale se pose alors : Banksy, pour réussir son coup de pub, copierait-il comme Jeff Koons ?

En attendant allez vite voir le site de Tatsuya Tanaka : son calendrier de miniatures est très humoristique et témoigne d’une imagination sans limite. Vite sur : http://miniature-calendar.com.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Art | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Ciotti, Estrosi et les élections à droite, drôle d’histoire…

Remontons l’horloge politique. Nous sommes en 2012 et le parti de droite, l’UMP, traverse une crise sans précédent : Nicolas Sarkozy est battu aux présidentielles et les législatives ont été un revers pour le parti. Il faut un nouveau président à l’UMP et deux candidats semblent remporter les suffrages : l’ancien premier ministre de Sarkozy, François Fillon et le député-maire de Meaux, secrétaire général du parti, Jean-François Copé. Le soir du 18 novembre les résultats sont pratiquement égaux et les deux candidats revendiquent la victoire. En réalité 98 voix (sur 174 678 suffrages exprimés) les séparent, en faveur de Copé. Fillon conteste le résultat affirmant que le parti traverse une « fracture à la fois politique et morale ». Il trouve alors 1.304 voix non comptabilisées dans trois fédérations d’outre-mer. Mais les partisans de Copé accusent les fillonistes de fraude dans les Alpes-Maritimes, scrutin organisé par Eric Ciotti. Copé propose à Fillon d’être vice-président de l’UMP et c’est Ciotti qui répond « Sincèrement, vous imaginez François Fillon, vice-président de Jean-François Copé ? Non, ce n’est pas très sérieux. » Il est bien placé pour le savoir puisqu’il était le directeur de campagne de Fillon (il ira ensuite faire celle de Sarkozy et retournera plus tard chez Fillon).

Depuis l’UMP est devenu Les républicains, Fillon a fait pschitt aux présidentielles, et c’est Laurent Wauquiez  qui mène les destinées du mouvement avec son fidèle lieutenant Eric Ciotti.

estrosi ciotti LA GUERRE Noir

2018, élections dans la fédération de Les républicains des Alpes-Maritimes. Christian Estrosi président sortant, ne se représente plus et Eric Ciotti, seul candidat, est élu avec 88% des suffrages. Bizarrement les proches d’Estrosi ne sont pas élus. Et on a droit à un communiqué de presse de Dominique Estrosi-Sassone (sénatrice et ex-épouse du maire de Nice), de Marine Brenier (députée imposée par Estrosi qui a soutenu successivement, Sarkozy, Fillon puis Macron et qui vient de quitter les groupe Les constructifs à l’Assemblée pour aller chez Les républicains) et Pierre-Paul Léonelli (septième adjoint de Christian Estrosi à la mairie de Nice). Il y aurait fraude lors de ce scrutin.

Le problème est que ce dernier est battu par Auguste Vérola, qu’Estrosi a viré, que Marine Brenier est battue par Christelle d’Intorni, le maire de Rimplas (virée de la Région à la demande de Pierre-Paul Léonelli) et que l’ex-épouse est éliminée par un inconnu Stanislas André (Master 2 sécurité intérieure, promotion Eric Ciotti) ! Les trois impétrants annoncent que « le chiffre de la participation exceptionnellement élevé, à plus de 70% sur Nice », les laisse « tout particulièrement interrogatifs ». Demande de recours probable à la Haute autorité des Républicains. Ciotti se précipite à LCI et déclare « Il peut y avoir des mauvais perdants. Je conçois que la défaite soit forte, peut-être inattendue. S’il y a des recours, ils seront examinés. Moi je prends ça avec beaucoup de sérénité ».

Tout cela est-il inquiétant ? Pas vraiment dans la puissante fédération des Alpes-Maritimes. D’autant plus qu’Eric Ciotti pousse le maire de Nice dans les bras du président de la République en déclarant qu’il est « le président officieux d’En marche ». Il faut dire que l’enjeu est de taille puisque le poste de député de Ciotti devrait disparaître, le département transformé en métropole et la métropole couvrir tout le département. C’est donc l’élection municipale niçoise qui sera le véritable enjeu et d’ici là la commedia dell’arte azuréenne va nous distraire jusqu’en 2020.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Il n’y a pas qu’à Nice que l’on s’entretue. A Menton aussi.

Nice c’est particulier car la guerre Estrosi-Ciotti continue, et maintenant les uns accusent les autres de fraudes pour des élections dans un même parti Les républicains. Du coup on ne regarde pas ce qui se passe ailleurs. Mais à l’Est du département ce n’est pas mieux entre des anciens alliés qui ont même gouverné ensemble.

Qui aurait pu imaginer que le maire Jean-Claude Guibal allait à nouveau se représenter à la mairie après 29 ans de mandat. Le Ficanas avait, dans un papier du 8 avril dernier, évoqué cette guerre entre le vieux maire et son ancien premier adjoint qu’il avait viré en 2013. Entre temps la famille Guibal (maire, épouse, fille, gendre) est passée de Christian Estrosi à Eric Ciotti. 

1898011-294214284060367-1720179295-n

Pourtant la semonce des législatives n’a pas été négligeable puisque la circonscription a choisi Alexandra Valetta Ardisson de La république en marche face à Olivier Bettati soutenu, à l’époque, par le Front national. Le candidat de Les républicains, Xavier Beck, maire de Cap d’Ail, avait disparu au premier tour. Pour les prochaines municipales la droite continue avec le maire sortant. Mais le centre droit soutient fortement son possible candidat Patrice Novelli. Ex jeune giscardien, à l’UDF depuis 1986, membre fondateur de l’UDI et du Nouveau Centre dans les Alpes-Maritimes, le président des clubs Perspectives et réalités, vient d’être nommé délégué départemental de la fédération UDI des Alpes-Maritimes. Il va, au côté de Gilles Cima, le quatrième adjoint de Cannes et président de l’UDI, mener à bien le destin du parti dans le département.

Patrice Novelli va t-il être le sang nouveau qui irriguera la ville de Menton ? De voir deux anciens collaborateurs, un maire et son ancien premier adjoint, s’affronter pour Menton, voila qui sera intéressant à observer.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Estrosi invente une agression antisémite.

Dans la nuit de vendredi à samedi quatre mineurs se font attaquer par cinq majeurs au centre de Nice. Mais l’un des agressés portait une étoile de David autour du cou. Les agresseurs sont embarqués par la police municipale. Très rapidement Christian Estrosi dénonce un acte antisémite et s’empresse de diffuser un tweet « Je condamne l’agression antisémite intolérable de 4 jeunes dans le centre ville de Nice cette nuit. La violence et la lâcheté de tels actes ne doivent en aucun cas être banalisées ni rester impunies. J’attends de la justice la plus grande sévérité à l’égard des agresseurs.». Et dans une envolée lyrique et rassembleuse « Je ne peux tolérer la montée de l’antisémitisme dans ma ville pas plus que dans mon pays ».

DpZkjOoX4AAI0-g

Problème : si c’est le cas que le maire a-t-il fait depuis tant d’années pour éviter qu’il y ait des actes antisémites dans sa ville ? Mais ce n’est pas le cas semble-t-il ; en effet le procureur de la République déclare « c’est une bagarre entre jeunes gens en état alcoolique un vendredi soir » et il ajoute « ce qui ressort de manière très claire, c’est que cette bagarre n’a rien à voir avec la religion. »

Mais quel plaisir pour le maire de Nice, président de la métropole, président délégué de la région (Etc.) de remuer le marigot du babazouk, histoire de s’offrir un peu de propagande électorale. L’électorat juif a un rôle important en cas d’élection, autant se l’attirer petit à petit pour 2020 !

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

« 20 ans après » au château de Carros

Ce ne sont pas les trois mousquetaires qui envahissent, vingt ans après, le château de Carros, ils sont beaucoup plus nombreux que cela. En effet le Centre International d’Art Contemporain (CIAC) fête les vingt ans de son installation l’été 1998 dans un château merveilleux mais pas totalement restauré à l’époque.

IMG_0992_2

© Christian Gallo

Très vite se mettent en place des expositions temporaires où l’on retrouve de nombreux artistes de la région. Parmi eux : Adams, Ainsley, Alocco, Andreatta, Androff, Arman, E & I Babilaité, Bataillard, Bauquier, Baviera, Bayard, Beggs, Bennequin, Brandy, Caminiti, Cassarini, César, Challan Belval, Charvolen, Cortese, Crapez, Dupont, Eppelé, Faniest, Farioli, Fernex, Foyé, Gastaud, Gaudet, Goeldlin, Guillonnet, Hasegawa, Hetzel, Hilmi Hodeib, Hunold, Isnard, Jenkins, Jourdanet, Kijno, Klein, Landucci, Lanneau, Laurent, Leroy+Leroy, Madden, Malausséna, Marzuk, Mas, Mendonça, Mérian, Miguel,  C & I Monod, Morini, Nalbandian, Nivèse, Pedinielli, Pini, Renouf, Reyboz, Rivello, Rosa, Rossel, Roussil, Salaün, Salicetti, Salkin, Scholtès, Serge III, Sordello, Troin, Verdet, Vernassa, Villeri, Villers, Voliotis, Waller…

Des dizaines d’artistes contemporains vont dans ce décor exceptionnel faire la réputation du CIAC. Les mises en scène de Frédérik Brandy d’une qualité parfaite savent mettre en valeur les œuvres les plus inattendues. Pour cet anniversaire c’est un mélange des photographies des artistes et de leurs œuvres qui est offert au public du samedi 13 octobre (vernissage à 11h30) au 30 décembre prochain.

Pour en savoir plus : http://www.ciac-carros.fr

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Art | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Estrosi invente la taxe électorale.

Rassurez-vous, vous ne serez pas taxés pour aller voter, la démarche est beaucoup plus subtile puisque le but est que vous votiez pour Christian Estrosi. Les propriétaires sont astreints à payer une taxe foncière à Nice dont le taux est de 23,12 %. C’est souvent le fait que cette taxe soit élevée qui pousse certains habitants à vendre leurs biens immobiliers et à aller vivre ailleurs. Alors prévoyant les élections municipales de 2020, Christian Estrosi a fait voter par le conseil municipal une baisse de cette taxe sur le foncier bâti pour les deux années à venir : 21 % en 2019 et 19 % en 2020. Cela permet au maire d’affirmer « Conformément à mes engagements, les impôts des Niçois n’ont pas augmenté depuis 2008 ». 

estrosi

C’est pas mal comme effet d’annonce mais c‘est faux. Parallèlement le maire de Nice, qui est également président de la métropole Nice-Côte d’Azur, a imposé une taxe foncière de 6,40 % sur les 49 communes de la métropole dont… Nice ! Elle rapporte quand même 63 millions d’euros. Conclusion : 48 communes vont devoir payer la baisse de la taxe d’habitation niçoise. Pis encore, la baisse du foncier municipal ne compense pas totalement la création de la taxe métropolitaine. Selon Philippe Pradal, 1er adjoint et accessoirement maire de remplacement, la note a augmenté de 14 % cette année. Lors de sa création, on nous expliquait quotidiennement que la métropole allait permettre de faire des économies en mutualisant les compétences ; en réalité on mutualise la dette et la fiscalité. Il faut bien absorber une dette évaluée à 2 milliards d’euros. Il est vrai que Christian Estrosi a demandé à Emmanuel Macron que la métropole niçoise soit étendue à tout le département. Ça va faire des sous avec la taxe à 6,40 % ! 

On constate donc que la baisse du foncier local n’a qu’un objectif électoral pour se maintenir en tant que maire et président de métropole : une taxe électorale !

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Il n’y a pas plus gaulliste que Macron.

Tous se veulent gaullistes aujourd’hui : chez Les républicains bien sûr, mais aussi chez Le Pen, Dupont-Aignan et bien d’autres. Mais s’il en est un qui met en application les méthodes du général de Gaulle, c’est bien Emmanuel Macron. Tandis que l’on fête l’anniversaire de la création de la Vème République, n’oublions pas qu’elle a été créée pour un homme, Charles de Gaulle, qui avait une obsession, la disparition du régime des partis ; la IVème République en avait tellement souffert. Alors, avec sa constitution  de Gaulle va créer un parti godillot l’UNR qui va gagner toutes les élections de 1958 à 1967. De Gaulle ne s’y référera jamais car, de toute façon, il lui obéira au doigt et à l’œil. Aujourd’hui, celui-ci se nomme LREM (La République en marche) et a exactement le même rôle, soutenir la politique présidentielle. 

famille_couples_presidentiels

Yvonne et Charles de Gaulle à Londres (Royaume-Uni), le 6 avril 1960 | STF / Central Press / AFP – Brigitte et Emmanuel Macron à Agra (Inde), le 11 mars 2018 | Ludovic Marin / AFP

Emmanuel Macron ne se réclame de personne, comme le général en son temps. A ce titre il est un pur gaulliste. Pour les commentateurs télévisés habituels, il est de gauche, car ancien ministre de Hollande, de droite pour avoir choisi Edouard Philippe, du centre pour avoir été élu avec les voix du MoDem. En réalité, comme de Gaulle, il est au-dessus des partis. En outre il assume un côté autoritaire, comme autrefois le général. 

Après de Gaulle les partis vont reprendre le dessus, doucement sous Pompidou, beaucoup plus sous Giscard et totalement avec Mitterrand et un cortège de combines, de négociations de coulisse et de malversations. Tout s’aggrave avec Chirac et Sarkozy et une suite d’affaires malsaines. On arrivera au sommet avec une primaire à gauche qui installe François Hollande, pratiquement le retour de la quatrième République.

De Gaulle avait été traité de dictateur par les socialistes, de fasciste par les communistes car le régime présidentiel lui donnait tous les pouvoirs. N’avait-il pas, alors que la constitution ne lui permettait pas, renvoyer son premier ministre, Michel Debré, qui n’était pas d’accord avec lui par rapport à la guerre d’Algérie ? Les modifications constitutionnelles de Nicolas Sarkozy renforcent encore plus le pouvoir présidentiel. Emmanuel Macron applique son programme en ne tenant pas compte de son gouvernement ni des récriminations de quelques députés de En Marche. Il est le chef qui décide mais qui de fait est responsable de tout.

S’il échoue, ce sera sa faute et il partira sur un référendum peut-être, bien que pour l’instant on n’entend pas dire à l’Elysée que cette procédure puisse être utilisée. Ses opposants seraient trop heureux de s’y plonger pour le faire chuter. Ils vont devoir se contenter des élections européennes, ce qui n’engage en rien la responsabilité du président vis-à-vis du pays.

Le régime parlementaire s’efface petit à petit, les oppositions ne font que vociférer à la télévision, les syndicats n’arrivent plus à rassembler pour leurs défilés. Notre régime est totalement présidentiel mais démocratiquement élu, ce qui fait un pendant aux chefs d’Etats populistes qui fleurissent sur la planète et en Europe en ce moment. Mais un parti godillot, un gouvernement pour faire joli, ne sont pas les garde-fous de la stabilité politique. Si en 2018 on fête l’anniversaire de la Vème République, on fête également celui de mai 68.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire