Piémontais ou Niçois ?

L’hiver à Nice, j’entendais parler le niçois ; l’été au Piémont c’était du piémontais. Dire à l’un qu’il parle la langue de l’autre c’est parfois s’attirer des ennuis, bien que dans le haut de la vallée de la Roya on mélange facilement les deux langues. Mais comme l’indique mon patronyme, j’ai eu droit aux deux cultures.

Il y a entre deux et quatre millions de personnes qui parlent le piémontais, beaucoup moins qui l’écrivent. C’est une langue romane, comme le français, l’occitan, le niçois, le catalan et le franco-provencal. Mais le piémontais est souvent pratiqué à l’étranger. Un jour, tandis que j’animais le Train des Merveilles de Nice à Tende, je rencontrais des touristes argentins qui ne parlaient ni français, ni italien, ni anglais, ni niçois, mais piémontais. En effet de 1850 à 1950 nombreux sont les piémontais qui vont immigrer en France, en Argentine et en Uruguay ; mais ils conserveront leur langue maternelle. 

238_1341222083

Le col de Tende : une frontière ?

La langue officielle des Etats de Savoie va devenir une langue régionale avec la création du royaume d’Italie et surtout pendant la deuxième guerre mondiale où l’on se rendra compte que les militaires ne se comprenaient pas toujours. Dès la mise en place de la télévision en Italie on organisera des concours pour récompenser ceux qui parlaient le mieux l’italien. 

Il y a des particularismes dans la langue piémontaise : l’absence de nombres ordinaux à partir du sept (on dit « col che a fà set » pour septième. Une sixième voyelle, un « ë » qui correspond au « e » français l’autre étant un « é ». Etc.

Alors comparons pour le plaisir le piémontais et le niçois. Il y a de nombreux rapprochements quand même. 

Piémontais Niçois
cadrega cadièra
pijé pilhar
surtì sortir
travajé travalhar
droché/casché/tombé tombar/cabuçar
ratavolòira ratapinhata
ca/mison maion/ostau
brass braç
nùmer nombre
pom poma
scòla escòla
bòsch bòsc, lenha
monsù Mossur
madama dòna
istà estiu
ancheuj ancuèi
dman deman
jer ièr
lùnes diluns
màrtes dimarts
mèrcol/merco dimecres
giòbia dijòus
vënner divendres
saba dissabta
dumìnica diménegue

Viva !

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité | Tagué , , , , , | 6 commentaires

Nice : les nouvelles aventures du théâtre de l’Artistique.

L’historique :

A l’origine l’Artistique est un cercle fondé en 1885 dont l’objectif est de promouvoir des artistes et écrivains niçois. Pour cela le cercle organise des bals et des représentations. En 1911 on construit alors le théâtre situé au 27 boulevard Dubouchage, dans ce quartier qui comprend le plus grand nombre de salles de spectacles de Nice. Outre le théâtre lui-même il y a plusieurs salles d’expositions car Nice n’a, en 1920, aucune galerie ou musée. Mais la salle de spectacle va recevoir des concerts dirigés par Massenet, Saint-Saëns, Fauré, et plus tard des variétés et des animations. C’est là que s’exprimait Cousin Bibi, le créateur des spectacles pour enfants, à l’origine de celui que Jacques Martin reprendra pour la télévision avec L’Ecole des Fans. (L’auteur de ce propos fera d’ailleurs son apparition sur cette scène à l’âge de 4 ans !).

gilletta

Collection Giletta

Adieu le théâtre, bonjour la photographie :

Dans les années quatre-vingt dix le théâtre ferme ses portes, d’une part parce que sa capacité est faible, mais surtout parce qu’il ne présente plus les conditions de sécurité pour la réception du public. La municipalité Peyrat entreprend alors des travaux, car il existe à Nice une manifestation aujourd’hui disparue, le Septembre de la photographie (supprimé en 2010).

Le premier directeur nommé n’arrive pas à faire démarrer le théâtre de la photographie et de l’image, mais la nomination de Marie-France Bouhours est reconnue dans les milieux de l’art et sa programmation est de grande qualité. 

2274793-christian-estrosi-le-maire-de-nice-et-p-810x620-3

L’apparition Huster Suissa

Le faux retour du théâtre :

En mai 2016, la municipalité Estrosi annonce la fermeture et le déplacement du Théâtre de la photographie et de l’image pour laisser la place à Francis Huster et Steve Suissa qui permettraient à 60 débutants de se former pendant trois mois aux techniques du théâtre ! Steve Suissa, le metteur en scène a d’ailleurs déclaré qu’il était ému de revenir dans la région car « J’étais apprenti boucher à Juan-les-Pins ». Quant au recrutement deFrancis Huster, celui-ci déclare « Il n’y aura pas de copinage, pas de piston, mais une vérité humaine. Une morale artistique est en train de naître ». Personne ne lui a dit qu’il y a des cours de théâtre et de qualité dans pratiquement tous les théâtres niçois, et une section théâtre au conservatoire de Nice.

fissure_1

Les fissures dues au tunnel du tram (photo France 3)

Et d’un coup, les fissures :

Puis en octobre 2016 les bruits courent en mairie de Nice, et ils courent vite. On entend dire que Francis Huster et son protégé n’auraient plus l’intention de venir à Nice. En effet il paraîtrait que les services juridiques et culturels de la ville se heurtent à un problème : le cahier des charges de l’immeuble où se situe le théâtre interdirait toute action de formation ou d’enseignement. En outre des fissures dues au fameux tunnel du tramway apparaissent sur le façade du théâtre. 

Du coup le théâtre de la photographie part au forum de l’urbanisme au cours Saleya qui abrite la donation Ferrero, et cette dernière prend la place du forum de l’urbanisme au MAMAC. Le forum, lui, part aux abattoirs.

image001

Photo : Ville de Nice

2018, tout bascule et tout revient :

Branle-bas de combat le 4 octobre : dans une conférence de presse Christian Estrosi présente un nouveau projet, histoire de réouvrir les locaux. Plus de fissures, plus de cahier des charges de l’immeuble astreignant  mais un programme où l’on voit revenir ceux que l’on croyait ailleurs.

L’Artistique devient alors « Centre d’Arts pluridisciplinaire mêlant artistes, conférenciers et grand public ». On va y trouver une salle de conférences et de représentations pour le grand public, un espace pour artistes professionnels et entrepreneurs, et des espaces d’expositions dédiés à la donation Ferrero « Ecole de Nice ». Deux sessions par an de conférences à partir de novembre, un espace pour artistes professionnels et entrepreneurs (un marché ?), et des espaces d’expositions pour la donation Ferrero qui présentera 800 pièces et une nouvelle donation de Jean Ferrero composée d’arts premiers (tout ça dans un an).

Le centre pour artistes et chefs d’entreprises est fondé avec un structure associative pilotée par Daniel Benoin, l’ex du Théâtre de Nice et actuellement à Antibes. On y créera des « workshops » (en français ateliers collaboratifs) où l’on construit une réflexion, cherche des idées et partage un savoir. C’est une structure en général organisée par les entreprises. On y retrouve des experts d’un sujet, des curieux, des novices, des étudiants, etc. « Le centre pourra être ouvert au monde de l’économie, aux chefs d’entreprises visant à les former à la fois à l’expression orale et consistant à chercher à maîtriser la conversation, le discours, le débat. Ils bénéficieront de l’expérience de Daniel Herrero, Daniel Benoin, Michel Boujenah. Leur participation marquera une étape nouvelle pour un rapprochement entre des milieux professionnels qui ne demandent qu’à se rencontrer. » dixit Christian Estrosi.

Le conseil artistique est dévolu à trois femmes (hissées au rang de conservatrices) : Héléne Guenin (MAMAC), Claudine Grammont (Musée Matisse) et Marie-France Bouhours (Musée de la Photo).

Nouvelle aventure ?

Décidément depuis plusieurs années l’avenir du théâtre de l’Artistique est devenu une véritable saga. Plaisante, car on change régulièrement les décisionnaires et les comédiens. Souhaitons que cette dernière mouture soit la bonne et pas, comme c’est souvent le cas, un simple effet d’annonce !

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Art, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’avenir de la métropole niçoise, lundi à l’Elysée.

C’est bien ce lundi, 1er octobre, dans l’après-midi que va se discuter l’avenir de cinq métropoles. On y retrouvera Alain Juppé (Bordeaux), Jean-Luc Moudenc (Toulouse), Johanna Rolland (Nantes), Damien Castelain (Lille) et le président de la métropole doyenne Christian Estrosi. Un absent notable : David Kimelfeld le président de la métropole lyonnaise car celle-ci a déjà été confondue avec le département du Rhône. Bizarrement la présidente de la nouvelle métropole Aix-Marseille est également absente ; mais c’est une LR pas très Macron-compatible. 

METROPOLE ESTROSIENNE

L’objectif de cette réunion a probablement comme objectif de faire disparaître les départements pour en faire des métropoles. L’échec de Christian Estrosi, quand Nicolas Sarkozy le lui avait demandé pour les Alpes-Maritimes, va-t-il être rattrapé par une décision du président de la République ? C’est probablement ce que souhaite Christian Estrosi qui doit faire disparaître une dette abyssale de l’actuelle Nice-Côte d’Azur en la répartissant sur la totalité des contribuables des Alpes-Maritimes. Les métropoles devraient faire disparaître les doublons de fonctionnement avec les départements ; si c’est le même cas que pour les régions, ne nous attendons pas à de réelles économies.

Par contre on comprend alors pourquoi Eric Ciotti est en campagne pour la mairie de Nice. Car le prochain maire sera le grand patron du département, le président du Conseil départemental devenant totalement inutile. 

Christian Gallo – © le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

Une boutique éphémère sur le toit du MAMAC ?

Le musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice va-t-il ouvrir une boutique? Sur le toit, outre une très belle vue sur Nice, il y a quelques œuvres d’art dont le mur de feu d’Yves Klein qui fonctionne toutes les morts d’évêques. Mais un évènement intitulé « Les arbres de French Codes sur le toit du MAMAC pour le Crossover Summer Rooftop Party » va avoir lieu vendredi 28 septembre de 19 heures à minuit.

French-Codes_couv

Comme nous le savons les musées publics ne peuvent commercialiser des œuvres d’art, mis à part des éditions ou des ouvrages, comme c’est le cas au MAMAC. Mais alors que sont ces arbres de French Codes ? Ce serait une installation scénographique  d’arbres bleus lumineux sculptés dans des ressorts métalliques de matelas, et peints en bleu spécialement pour l’occasion (hommage à Yves Klein). Au dire du dossier de presse « Les créateurs, présentant ici leurs arbres sur le toit du MAMAC, ont souhaité les inscrire dans l’immensité du ciel et ont ainsi recouvert de bleu la couleur d’ordinaire chrome des ressorts. Le hasard a voulu que la peinture accroche difficilement au support et se transforme en poussière colorée, rappelant le pigment IKB de Klein, soumise elle aussi aux aléas du mouvement et du vent. »

FrenchCodes_DP_05-simple jpg

Après tout, pourquoi pas ? Mais au dossier de presse est joint un autre dossier, beaucoup plus surprenant qui nous parle de « French Codes : une société de design directement issue du monde l’art ». Et on nous l’explique : « La sensibilité artistique et la curiosité de Patrick Francis de Mauroy, formé en école de commerce et dans le monde de la finance, ont depuis longtemps nourri son intérêt pour le design. David Galimant, artiste, membre du connectif KKF/Keskon Fabrique, élabore depuis 2011 des créations uniques, fondées sur le détournement d’objets et navigant entre art et design. De leur association et de leur amitié de longue date est née en 2018 French Codes, une société de design issue directement du monde de l’art. Elle développe une ligne de luminaires atypiques aux formes végétales qui donnent à votre intérieur un habillage de lumière apaisant et poétique. »

Il s’agit donc d’une société commerciale et financière qui va exposer des œuvres sur le toit du MAMAC. Pour nous convaincre on nous joint le catalogue avec les tarifs : ce sont des « prêt-à-planter » avec 15 ampoules (1.500€), 12 ampoules (1.200€), 9 ampoules (900€). Il y a même des petits modules où l’on peut acquérir des ampoules au fur et à mesure de ses revenus  et des fleurs à partir de 160€ la première. Suivent des références et les coordonnées pour commander les décors.

Alors trois questions se posent : « que vient faire Yves Klein dans cette galère ? », « le MAMAC va-t-il devenir le Leclerc de la déco ? », « à quand Valérie Damidot pour une performance au MAMAC ? »

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Art | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mais pourquoi l’artiste le plus cher du monde fait des copies ?

Regardez bien cette photo ; En noir et blanc vous voyez une œuvre de Franck Davidovici représentant un petit cochon qui vient au secours d’une femme allongée dans la neige. Elle a été réalisée pour la marque de prêt-à-porter féminin Naf-Naf en 1985. La photo en couleurs représente une œuvre en porcelaine de Jeff Koons réalisée en 1988 qui bizarrement semble identique. Seuls deux manchots entourent le cochon.

C6gPS3LWUAQfkiH

Subitement, à Paris, on apprend que le publicitaire assigne Koons au tribunal pour plagiat. Pourquoi à Paris ? Parce que l’oeuvre était exposée à Beaubourg. Le directeur de la création demande la confiscation de la porcelaine dont il veut faire don à l’Etat français et réclame 271.000 € de dommages et intérêts. Bizarrement l’œuvre n’est plus exposée au Centre Pompidou… pourtant l’avocat de Jeff Koons déclare qu’il « ne paraît pas imaginable (…) qu’une institution telle que le Centre Pompidou puisse, par la voix de son Président, cautionner de tels actes ». C’est pourtant ce qui a été fait !

Il faut dire que cet artiste vivant, le plus cher au monde, est spécialiste du plagiat. Il a déjà été condamné avec le Centre Pompidou pour avoir plagié une photographie de Jean-François Baudet. Il avait été poursuivi pour une ballerine qui est une copie identique d’une œuvre d’Oksana Jnikroup, pour avoir reproduit une affiche de Mitchel Gray et condamné pour avoir copié une photographie d’Art Rogers. C’est bien d’être un artiste milliardaire, mais un peu d’imagination en plus (et pourquoi pas du travail) ce n’est pas du luxe…

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Art | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un monument pour la vallée de la Roya ?

Pedro Pires est un artiste portugais et angolais qui, en 2016, se retrouve sur l’ile grecque de Lesvos. Bénévole dans une ONG qui aide les migrants et les réfugiés qui arrivent par bateau il enregistre des documents et des matériaux qui ont servi à ces voyages, souvent dramatiques.

Il va alors créer une sculpture d’un crâne à grande échelle réalisée avec 140 gilets de sauvetage et du caoutchouc provenant d’un canot.

img_6_1537179237_c83d9a92ec8e6ef6bf0a144f290941f7

Il explique : «L’intention est de créer un dialogue contrasté entre les éléments du travail, le parc et la réalité rencontrée à Viseu (la ville d’immigration – NDLR), en permettant une plate-forme de discussion concernant la migration, l’Europe, la responsabilité, la vie et la mort. » Tous les éléments sont alors transportés dans l’atelier de l’artiste à Lisbonne et exposés dans le cadre d’un festival de sculpture publique dans le parc de Fontelo au Portugal.

img_9_1537179237_2c71a10d177ab25aa71eec0f54452b6d

Pourquoi ne pas installer une telle sculpture dans la vallée de la Roya, au pont Saint Ludovic de Menton, hommage aux réfugiés que la France a tellement de mal à accueillir. Voila qui permettrait à ceux qui redoutent le fameux envahissement du pays de hurler avec les loups et quelques politiciens avides de leurs voix. 

Christian Gallo – © Le Ficanas ® – Informations et photos sur https://www.designboom.com

Publié dans Actualité, Art, Politique | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les vaches envahissent la première circonscription de Nice

Interviewé sur Europe1 sur le fait que Les républicains auraient perdu 100.000 adhérents depuis 2017, le député de la dite circonscription, Eric Ciotti a déclaré : « On est au début d’un processus. Il y a une formule, un proverbe auvergnat, qui dit : ‘c’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses’. On a encore du temps »

championnat-de-lancer-de-bouses-de-vache_1531402805

Immédiatement on a vu de nombreux niçois descendre sur la place Garibaldi pour voir le marché aux bestiaux. Déception, il n’y avait encore rien mais on était en train d’installer le fameux concours de lancer de bouses comme en Rhône-Alpes. On a cru sur parole le futur président de Les républicains des Alpes-Maritimes. Il est vrai que ce département, anciennement le plus sarkozyste de France, n’a contrairement, au reste du pays, perdu aucun adhérent que ce soit sous Fillon ou sous Wauquiez. Eric Ciotti vient d’ailleurs de déclarer au sujet de Laurent Wauquiez « Il a une vision, il est planifié dans son organisation, je lui fais confiance ». 

vaugneray-lancer-bouse-1

Maintenant la question est dans les mains de Christian Estrosi et surtout de son adjoint chargé de la propreté Pierre-Paul Leonelli. Va-t-on continuer à vivre au milieu des bouses une fois qu’elles seront toutes lancées ? La métropole estrosienne va-t-elle pouvoir continuer à alimenter le concours avec les vaches du haut-pays ?

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

« Un des ouragans les plus humides, du point de vue de l’eau. »

Qu’un ouragan soit humide, on le savait. Mais qu’il le soit par rapport à l’eau, ça on ne le savait pas. C’est la première fois que l’on connait l’avis de l’eau après un ouragan ; ça nous change du point de vue des journalistes. C’est Donald Trump qui l’a prononcé : « C’est un ouragan difficile. L’un des plus humides que nous ayons vu, du point de vue de l’eau. » C’était dans le cadre d’un message de soutien aux Américains, car l’ouragan Florence a provoqué 36 morts et fait plusieurs milliards de dollars de dégâts.

l-actualite-high-tech-de-la-semaine-theranos-apple-et-saleforce-and-co-le-nasdaq-trump-et-walmart-4_6031876

Il faut dire que le président américain est un spécialiste. Quand l’ouragan Maria fit 3.000 morts à Porto Rico, Trump s’y était rendu et jetait des rouleaux d’essuie-tout aux sinistrés. On se souvient de ces images où, à chaque envoi de rouleau, il donnait l’impression de marquer un panier au basket.

Depuis Florence, les réseaux sociaux se déchaînent et se posent la question de l’état de santé mental de Donald Trump.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Ciotti écrit aux morts !

Les habitants de la circonscription du député Eric Ciotti ont reçu un courrier de l’Assemblée nationale daté du 27 août dernier. Il est ainsi libellé : « C’est avec une grande attention que j’ai lu votre courrier et pris connaissance de vos doléances liées aux nuisances sonores et actes d’incivisme que vous subissez au quotidien place Garibaldi, en raison de l’afflux de sans domicile fixe logeant sous les arcades (…) » Il explique ensuite qu’il est intervenu auprès de Christian Estrosi pour qu’il préserve la tranquillité des riverains.

lettre_copy

Le problème est double : d’une part personne ne lui a écrit semble-t-il, et Eric Ciotti a également écrit aux habitants décédés. C’est la Punaise Verte (Teresa Maffeis, la présidente d’ADN) qui s’en est rendu compte. Le fichier qu’utilise le député pour sa propagande n’est donc pas mis à jour ? 

Du coup Eric Ciotti produit une lettre et une pétition à postériori qui justifient l’envoi de la réponse. Mais cela date du 19 septembre. Une question essentielle se pose : qui a signé la pétition et le courrier ? Un mort ou un vivant ? 

En tout cas la tradition de Les républicains est respectée par l’utilisation à des fins de propagande de fichiers officiels ; le grand chef Laurent Wauquiez n’a-t-il pas, lui, envoyé un SMS aux lycéens de sa région en utilisant le fichier du Pass’Région ? Eric Ciotti écrit donc à ses concitoyens dans le respect de la méthode de son parti.

Christian Gallo – © Le Ficanas ©

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La guerre Estrosi – Ciotti : Estrosi avoue tout !

Il fallait la visite de Gérard Larcher, le président LR du Sénat, pour que le maire de Nice dévoile son ambition au public. En passant au Rouret, Larcher déclare « Je sais l’importance des métropoles, mais je n’oublie pas les villes de taille intermédiaire qui sont un élément de la vitalité de notre pays. Je crois aux intercommunalités, mais attention aux intercommunalités XXL où les maires n’ont plus le sentiment d’exister. » Les métropoles XXL c’est le cas du Grand-Lyon ou celle d’Aix-Marseille. 

Mais voila une déclaration qui ne fait pas les affaires de Christian Estrosi. Lorsque Nicolas Sarkozy avait demandé à Estrosi de créer la métropole Nice-Côte d’Azur, il souhaitait qu’elle couvre tout le département. Echec d’Estrosi qui n’arrivera qu’a fédérer péniblement 49 communes et un territoire qui coupe le département en trois ; l’Ouest et l’Est refusant d’y participer.

nq8a0270

Alors Estrosi va essayer de convaincre Larcher en parlant de métropole de solidarité (qui a le choix ?), de la maîtrise des orientations des maires (il leur reste l’Etat civil), et surtout d’ « en finir avec la fausse opposition entre les grandes métropoles et les territoires ruraux ».

La réalité va au-delà de ces simples déclarations. La réforme constitutionnelle va supprimer un certain nombre de députés et en particulier un certain Eric Ciotti, questeur et député de la première circonscription des Alpes-Maritimes. Que va-t-il faire ? Retourner prendre la place de Charles-Ange Ginésy qui ne peut pas la lui refuser au Conseil départemental ?

Mais si la métropole Nice-Côte d’Azur couvre tout le département, le Conseil départemental devient inutile et disparaît. Pour cela Estrosi a voulu convaincre Larcher d’une fusion entre le Département des Alpes-Maritimes et la Métropole Nice Côte d’Azur. L’avantage est que cela va permettre d’absorber la dette de l’actuelle métropole. Ciotti avait affirmé que « la ville et la Métropole s’endettent considérablement avec 2 milliards d’euros de dettes. » En outre Estrosi ayant fait voter une nouvelle taxe foncière de 6,5 % pour les habitants de la métropole, elle s’étendra alors à tout le département.

Du coup Eric Ciotti est en campagne auprès des maires des communes extérieures à la Métropole (et même parfois intérieures comme Rimplas et son maire Christelle d’Intorni qu’Estrosi a viré). Sa candidature à la mairie de Nice est donc avant tout une candidature métropolitaine et la guerre entre les deux impétrants est loin d’être terminée. Les maires ne semblent pas désirer devenir les béni-oui-oui du président de la Métropole, comme c’est le cas majoritairement aujourd’hui. L’Etat va-t-il imposer cette métropole départementale ? Cela risque de ne pas être apprécié. 

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire