Ce virus est peut-être un film grandeur nature.

Ce n’est pas la première fois que nos générations doivent faire face à un virus ; Sida, grippe H1N1, grippe aviaire, Etc furent des événements marquants au point que l’on oublie la bonne grippe traditionnelle qui fait quand même 10.000 morts par an en France. Et nous n’étions pas vivants du temps de la célèbre grippe espagnole qui en 1918-19 a fait entre 20 et 50 millions de morts dans le monde. 

Mais aujourd’hui tout est différent car les moyens de la communication utilisés souvent à outrance nous font vivre ce Corona virus seconde par seconde et nous plongent dans un jeu extraordinaire où l’on nous offre (ou pas) les moyens de protection. En outre les réseaux sociaux servent de porte-voix et essayent d’influencer les dirigeants pour organiser (ou pas) ces moyens de protection et les soins appropriés pour ceux qui ont été visés par la fameuse roulette russe. 

En fait, le cinéma a souvent proposé des scénarios semblables qui ont fait frissonner les spectateurs des salles obscures. « 28 jours plus tard » de Danny Boyle : un groupe de la protection animale fait irruption dans un laboratoire secret pour délivrer des chimpanzés soumis à des expériences. Les primates, contaminés par un mystérieux virus et animés d’une rage incontrôlable les massacrent et contaminent le reste de la population. Eh bien on a remplacé le chimpanzé par la chauve-souris. 

« Contagion » de Steven Soderbergh : une pandémie dévastatrice explose à l’échelle du globe. Des scientifiques se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du virus, qui ne cesse de muter. Les cas mortels se multiplient, la panique s’empare de la population jusqu’à mettre en péril les fondements de la société.

« Je suis une légende » de Francis Lawrence : un scientifique trouve ce qui semblerait être le vaccin contre le cancer. Ce dernier va se révéler désastreux : il tue les humains les moins résistants et fait muter les autres. L’humanité se retrouve dévastée.

Et il y en a beaucoup d’autres avec ces virus qui mutent, se transforment, se répandent et nous avons la chance (j’ai bien dit la chance) de vivre un scénario exceptionnel en étant acteur. En outre, au lieu de faire semblant de mourir comme au cinéma, on meurt vraiment, le temps de transmettre le virus aux autres. N’oublions pas simples mortels, que nous participons tous à un film exceptionnel, fait de bouleversements permanents, de courses à la recherche, d’érections de barrière infranchissables et surtout d’orateurs en tous genres qui viennent agrémenter et commenter nos aventures. 

In fine nous sommes peut-être cons à rester ainsi confinés en risquant d’affaiblir le scénario.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ce virus est peut-être un film grandeur nature.

  1. C. Guerrin dit :

    L’essentiel c’est que Trump ait pu refaire du golf. Ce n’étaient pas 100.000 morts qui allaient le décourager.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.