Nice : un Chirac bien encombrant !

L’histoire de la statue de Jacques Chirac aux Ponchettes dans l’axe de la préfecture est un événement amusant et rocambolesque. Ce jour-là, à la même heure, était inaugurée sur le port à la galerie Lympia (l’ancien bagne) une exposition consacrée aux œuvres de Soulages. Mais le problème est que cette galerie appartient au Conseil départemental des Alpes-Maritimes et non pas à la métropole de Nice. Dans la métropole l’art est réservé aux achats fort dispendieux de Jean-Jacques Aillagon et les deux musées du Conseil départemental (Galerie Lympia et musée des Arts asiatiques) doivent être passés sous silence.

Bref, on démolit le plus vieux musée d’art moderne d’Europe, la galerie des Ponchettes, fondé en 1947 par l’UMAM (Union Méditerranéenne pour l’Art Moderne) à la demande de Matisse et de Bonnard. Il en reste les colonnes, les murs ont disparu. Donc on inaugure une statue de Chirac, dans un espace Chirac où on a mis du dallage chinois, des palmiers (comme partout dans Nice) et où on a repeint les façades des arrières des restaurants et leurs climatiseurs. Nombreux sont ceux qui sont surpris de cette initiative municipale d’ériger une statue en l’honneur d’un président de la République, récemment décédé mais qui fut également, et pour l’instant, le seul président de la cinquième République condamné à deux ans de prison pour détournement de fonds publics et abus de confiance. En réalité, Chirac a encore ses fans qui bêtement sont aussi des électeurs et Christian Estrosi qui ambitionne le renouvellement de son mandat au premier tour de l’élection municipale, a besoin de cet électorat pour arriver à ses fins.

L’inauguration a lieu, la statue très statique n’est pas d’une facture extraordinaire, et on apprend par un journal du nord de la France que le tout a coûté 2.100.000 euros ! Un tiers payé par les contribuables niçois et le reste par ceux de la métropole. Agitations dans le Landerneau facebookien d’internautes surpris par le montant de la dépense. Au bout de deux jours, la municipalité envoie Gaël Nofri, l’ex conseiller de Marine Le Pen, justifier la dépense auprès de Nice-Matin. Et là on apprend que ce chiffre correspond à l’ensemble des travaux du passage : Érection des colonnes (qui étaient déjà existantes) en lieu et place du musée, dallage, palmiers et statue. Cela reste quand même très onéreux. D’autant plus qu’un matin on découvre qu’il manque deux doigts à la statue !

Tout le monde la croyait en bronze et il aurait été difficile de casser deux doigts. Mais un dessinateur, ami du maire, explique qu’il s’agit d’une chose courante car le produit qui a servi à la fonte de la sculpture a mal été nettoyé et il est normal qu’on le voit apparaître quand on casse un morceau. Ah ! Le plus surprenant est que le sculpteur lui-même va venir la réparer. Les Niçois s’esbaudissent : plus de deux millions pour ériger une statue en bronze qui n’est pas en bronze !

En outre l’allusion est claire. A l’entrée du port de Nice on découvre une statue en pierre de Charles-Félix de Savoie désignant le port de Nice de son bras gauche. Il manque les doigts à la statue, cassés par les Niçois, le jour où on retirera à Nice le statut de port franc. Lors des émeutes les doigts furent cassés. 

Pour en revenir à ce malheureux Chirac, on pensait que la propagande électorale était terminée et que tout allait se calmer. Que nenni, un samedi soir quelques promeneurs décidèrent de grimper sur la fameuse statue. Alerté, le maire de Nice, Christian Estrosi, annonce qu’on allait les reconnaître grâce à ses caméras de surveillance. Problème : sur les caméras on ne voit rien et on arrête deux jeunes gens que l’on est obligé de relâcher faute de preuves. Mais alors en quoi est réalisée cette statue dont le bronze ne résiste à rien ? On vient d’apprendre qu’elle est en mousse et a coûté 30.000 €. La définitive sera en bronze et coûtera 90.000 €. Coût de la sculpture : 120.000 €. Et les 1.980.000 € c’est pour le dallage et les palmiers ?

Le Ficanas propose la création d’un collectif pour ériger une statue d’Albert Spaggiari à l’angle de la rue de la Préfecture et de la place du Palais, là où il a sauté par la fenêtre du premier étage. Par la même occasion, on pourrait débaptiser la rue pour lui donner son nom. Après tout le héros n’a grugé que quelques particuliers qui avaient un coffre à la Société Générale et non pas effectué des détournements de fonds publics.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, Politique, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Nice : un Chirac bien encombrant !

  1. VERGNE dit :

    Je candidate pour la sculpture de Spaggiari…

    J'aime

  2. jean-pierre marlier dit :

    Bonne idée pour Spaggiari qui serait saluée dans le silence par certains Niçois ..
    Opération commanditée pour « faire le ménage » dans beaucoup de dossiers (très) compromettants qui avaient pourtant mis en lieu sûr ???
    Et …. qui était au guidon de la moto ???

    J'aime

  3. jean-pierre marlier dit :

    Il a pas de bol le Kiki avec ses caméras .. attentat … rien vu … sacrilège Grand Jacques … rien vu … alors tes caméras Kiki, c’est que pour les PV stationnement ??

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.