Alexandre Jardin et le marketing du mensonge.

L’opération a débarqué vers le 6 juin ; les attachés de presse ont fait le boulot, Alexandre Jardin est présent sur tous les plateaux de télévision, invité dans les talk-show et, comme les hommes politiques, raconte le même message à tous les journalistes. N’oublions pas qu’il est diplômé en sciences politiques et avait même essayé, en 2016, de candidater à la présidence de la République avec Bleu Blanc Zèbre.

Auteur d’une vingtaine d’ouvrages à succès il publie un nouvel ouvrage « Le roman vrai d’Alexandre ». Son grand-père, le Nain jaune, était directeur de cabinet de Pierre Laval. Son père décède quand il a quinze ans d’un cancer, mais on lui cache la maladie. Il ajoute « J’ai caché à tout le monde, pendant un été, la mort de mon père. J’étais seul en Irlande, j’ai tenté de me tuer, Dieu merci on m’a récupéré et à ce moment-là j’ai commencé à m’inventer un père, un père imaginaire, pour arriver à supporter la réalité ». Sa famille c’est le nerf de la guerre, la raison de son succès littéraire. 

Quelle famille ? Une famille qu’il a inventée, qu’il a rêvée le soir en se couchant, mais qui est loin de la réalité. Il avoue aujourd’hui que ces livres « sont des mensonges absolus sur ma famille. » Et il ajoute : « C’est pour cela que j’écris Le roman vrai d’Alexandre, pour montrer que l’on peut devenir quelqu’un de réel » Et oui ! Depuis des années on avait à faire à un hologramme, un avatar. Un avatar rieur d’ailleurs « Je jouais la comédie du bonheur, alors que j’étais dépressif. Je laissais croire que j’étais un grand amoureux, un compagnon fantasque, alors que j’avais une vie conjugale sans éclat. Les menteurs ont d’ailleurs toujours une libido en carafe ; sinon, c’est qu’ils font de la sexualité un antidépresseur ! »

C’est du François Hollande : soit je suis une thérapie chez un psychiatre, soit j’écris un bouquin; un bouquin où il avoue trente années de mensonges et il pense à ses lecteurs « Ils me disent qu’ils ont grandi avec moi et qu’ils continueront de me suivre. Je pense qu’eux aussi n’en peuvent plus du faux. Qu’ils en ont la nausée. »

Et au cas où nous serions des ilotes, il précise « Le samedi soir à la télé, c’est pareil, tout le monde joue un rôle : Ruquier, ses chroniqueurs, ses invités… » On ne l’avait pas remarqué ? Il était convaincu que l’on croyait au pseudo télé-achat culturel de la télé ? Mais le moment grandiose arrive, son éditeur traditionnel a refusé de le publier. Il a été obligé d’aller en voir un autre pour pouvoir avouer à la face de ses lecteurs qu’ils lisaient des bobards depuis trente ans. 

Simplifions : superbe opération de marketing qui permet à un auteur de se relancer pour ne pas être en perte de vitesse trop longtemps. Pardonnez-moi, j’avoue tout, je vous ai pris pour des imbéciles mais allez vite m’acheter pour être absouts. C’est le denier du culte.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.