Catastrophe : Nice et Houston, même combat ?

Les volumes d’eau qui sont tombés sur le Texas en quelques heures ont provoquée la pire des catastrophes naturelles que n’a jamais connue cette région. Une année de précipitation en quelques jours sur la quatrième métropole des Etats-Unis a provoqué des dégâts estimés à 271 milliards d’euros. La plupart de ces zones inondées se trouvent dans des secteurs qui sont qualifiés d’inondables. La métropole de Houston a laissé bâtir sur toute sa banlieue et bétonner des zones de prairies où la végétation absorbait et stockait l’eau. Cette eau pouvait alors partir vers les bayous et se déverser ensuite dans le golfe du Mexique. Depuis ce bétonnage intensif des sols la pluie ne peut que ruisseler et donc inonde les routes et les bâtiments.

La métropole de Nice et les Alpes-Maritimes ont connu ce phénomène, d’une intensité moindre, dans la nuit du 3 au 4 octobre 2015. 21 morts et des dégâts considérables car tous les fleuves côtiers ont débordé. On se rend compte alors que les destructions les plus importantes ont eu lieu dans des zones dites inondables où les mairies ont délivré des permis de construire et laisser s’implanter des habitats provisoires. Trois heures de déluge ont coûté une fortune au département (environ 605 millions d’euros). 17.000 véhicules endommagés et 3.000 d’entre eux qui ne seront pas dédommagés par les compagnies d’assurance car assurés en simple responsabilité civile.

Ces catastrophes sont liées semble-t-il au dérèglement climatique. L’augmentation de la chaleur de l’eau de mer, la montée des eaux et l’accroissement des pluies provoquent ces catastrophes.

442ea9e_23740-tm8hef

On pourrait s’attendre alors à ce que les pouvoirs publics appliquent une réglementation qui n’autorise plus le bâti dans les zones inondables des Alpes-Maritimes. La carte des zones inondables bâties du département montre clairement que l’on continue à autoriser le bétonnage dans les secteurs les plus à risque. Cette grande colonne qui s’élève vers le milieu de la carte, c’est la plaine du Var où l’on construit la fameuse eco-vallée qui n’a plus rien d’écologique et qui est devenue une simple opération de bâtiments et travaux publics. Les tribunaux ont même annulé le fameux projet stratégique de l’OIN initié par Christian Estrosi quand il était ministre en 2007.

Ce bétonnage intensif à Nice et à Cagnes-sur-Mer, qui ne tient pas compte des risques d’inondations, nous met, toutes proportions gardées, dans la même situation que les américains de Houston. Mais il y a une différence : au Texas, ce sont les administrations qui ont laissé allé les constructions anarchiques, sur la Côte d’Azur ce sont les municipalités qui construisent à tout va. Gouverner c’est prévoir paraît-il ; bétonner c’est encaisser probablement.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Politique, Actualité, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s