Tante Jeanne et le trambalan.

Le Ficanas : Bonjour ma tante, tu as supporté la chaleur cet été ?

Tante Jeanne : Ne m’en parle pas. S’il n’y avait que la chaleur, mais dans une ville qui se transforme en gruyère comment veux-tu survivre ?

Le Ficanas : En gruyère ?

Tante Jeanne : Babatchou ! Tu n’as pas vu ? Il y a des trous partout. Victor-Hugo ça s’affaisse, rue de France ça se creuse ; l’autre jour je voulais aller avec Fine sur la Prom par la rue Honoré Sauvan, tu sais là où il y l’hôtel avec la façade de Sosno.

Le Ficanas : Euh…

Tante Jeanne : Mais oui la vieille en bronze coincée entre deux blocs de marbre, un sein à l’air !

Le Ficanas : Ah oui, en bas de François-Grosso !

Tante Jeanne : Propi ! J’allais pour traverser et hop ! Il se forme un trou ! J’ai eu le temps d’attraper Fine au vol, elle allait tomber dedans.

Le Ficanas : Ils l’ont bouché depuis.

Tante Jeanne : Porca misèria, où que tu ailles tu as des trous maintenant. Piha garda, tu traverses la rue et tu disparais !

Le Ficanas : C’est les travaux du trambalan !

pin3_gilletta_003f

Tante Jeanne : Què trambalan ! De mon temps on ne creusait pas pour le faire passer. Là il rentre sous terre, on ne sait pas où, puis il ressort, comme ça, sans te prévenir à un autre endroit… Ils avaient besoin de le faire passer sous terre ? Ca doit rapporter : Coura ma pocha fa tin-tin, toute lou mounde es mon cousin, ma coura fa ta-ta li vèhi toui s’escapa.

Le Ficanas : C’est possible. En attendant ce sera bien pratique.

Tante Jeanne : Pratique, tu ne me verras jamais dedans ; je ne veux pas mourir sous terre, je veux mourir à l’air libre !

Le Ficanas : Tu ne vas pas mourir dans le tramway !

Tante Jeanne : Moi, non, toi babatchou comme tu es, peut-être. Et puis tu es allé au square Durandy ?

Le Ficanas : C’est le batchas !

Tante Jeanne : Avant il y avait un square devant la bibliothèque ; c’était joli. Puis ils ont fait un trou. Puis ils mis du béton pour boucher le trou…

Le Ficanas : C’est la station du tram.

Tante Jeanne : Attends ! Une fois qu’ils ont tout fini, ils ont pris des botchous et ils ont démoli tout ce qu’ils avaient fait !

Le Ficanas : Il paraît que le béton n’était pas aux normes.

Tante Jeanne : Que normes ! Ils ne savent pas faire les mélanges ? Tu vas chercher ta socca chez René, ou plutôt chez Pipo (elle est meilleure) ; si il ne mélange pas bien la farine de pois chiches et la bonne quantité d’eau, elle n’est pas mangeable !

Le Ficanas : Tu ne la manges pas !

Tante Jeanne : Non seulement tu ne la manges pas, mais en plus tu la jettes dans les cabechs et surtout tu ne la payes pas !

Tante Jeanne copie

Le Ficanas : Je ne vois pas le rapport !

Tante Jeanne : Qui c’est qui a payé le béton de Durandy ? C’est nous ! Alors je ne veux pas m’embiler, mais puisque j’ai payé le toit de la station et qu’on le détruit parce qu’un ensuqué n’a pas fait le bon mélange, je veux que l’on me rembourse.

Sian béou. Après on va dire que je rougne. Et bien c’est vrai.

Le Ficanas : Tu as toujours rougné !

Tante Jeanne : Normal. Et toi réagis un peu avec ton journal, ne fais pas le tavan d’or. Sinon va ti jeta en Palhon ! De toute façon le trambalan il va passer dessous ; peut-être qu’il te rattrapera au vol !

Cagades recueillies par Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s