Nice : subir la ville chantier.

On dit que « quand le BTP va, tout va », Nice en est la preuve vivante. Il faut du courage pour y habiter, mais encore plus pour s’y déplacer. Le quotidien local publie cette photo de la promenade des Anglais en ce moment : ce n’est plus une promenade, mais un chantier sans fin, comme dans d’autres endroits de la ville. Quel plaisir de voir le boulevard Victor-Hugo, la place Île-de-Beauté, la Libération, puis le Ray et bientôt l’avenue Thiers. Dans certains endroits on patauge dans la boue, ailleurs on cherche désespérément une rue ouverte pour se rendre à pied d’un point à un autre, quant à prendre la voiture on abandonne, entre les parkings hors de prix et les places de stationnement disparues.

36045236

On a franchement l’impression que la municipalité estrosienne a comme seul objectif de désertifier la ville et de repousser les acheteurs vers les centres commerciaux extérieurs, dont la métropole s’est faite une spécialité. Lorsque l’on réside en dehors de la ville, le dernier endroit où l’on souhaite faire un achat dans un magasin c’est Nice : inabordable. L’ouest vit un embouteillage permanent et l’est des rétrécissements de voirie qui accroissent le temps des bouchons. Alors les promesses fusent pour annoncer que dans l’avenir les tramways régleront tout cela. En réalité on attend : de 2008 à 2014, lors de son premier mandat, Christian Estrosi n’a rien fait. La municipalité précédente, celle de Peyrat, a construit la ligne 1 du tramway. De François Grosso à l’ouest de la ville l’emplacement est prêt, il n’y a plus qu’à poser les rails, on les attend toujours. En échange on creuse pour des centaines de milliers d’euros un tunnel, alors que le simple passage sur la promenade des Anglais suffisait largement. (Au passage signalons que si le tramway avait été installé sur la prom, on aurait évité probablement le massacre du 14 juillet).

Christian Estrosi avait annoncé, après avoir pris six années de retard, que la ligne 2 allait ouvrir fin 2016 ; on est en 2017 et sœur Anne ne voit rien venir. La ligne 3 qui va de l’aéroport au fameux stade Allianz doit ouvrir elle aussi en 2016. Ce ne sont que des effets d’annonce pour des travaux dispendieux sur le dos des contribuables. En réalité, depuis 2008, on a ouvert que 450 mètres de tram supplémentaire (du Pont Michel à l’hôpital Pasteur).

Mais le bâtiment se porte bien : ensemble immobilier à la Libération, au Ray et un bâtiment complétement anachronique avenue Thiers où l’on va retrouver un palace de luxe (Hilton), histoire que les touristes ne voient pas la mer et ne s’y rendent pas en voiture (pas de parking). Passons sur le bétonnage intensif de la fameuse éco-vallée, territoire sacrifié définitivement, pour loger de nouveaux habitants, alors que la ville de Nice est la seule grande cité française qui en perd chaque année.

En échange, les métropolitains étant tous millionnaires, on accroit les surfaces commerciales : Cap 3000, Nice One, Polygone Riviera…Non desservies par les fameux tramways inexistants, elles ont pour particularité d’accroitre les embouteillages et de polluer un peu plus l’atmosphère. L’économie de la métropole de Nice ne tourne plus que sur son marché intérieur puisque ses habitants sont de plus en plus riches. Alors on nous fait croire que les touristes vont venir parce qu’il y a des surfaces commerciales et non pas pour les sites, les animations ou la culture. En réalité cette augmentation des grandes surfaces provoque la désertification des centres urbains en accélérant la fermeture du petit commerce. Et l’argument qui dit que ces centres sont créateurs d’emplois, ce qui est vrai, ne compense pas du tout la perte d’emplois des centres urbains.

Il faut maintenant se poser la question : qui a intérêt à bétonner à tout va au risque de détruire le cadre de vie ? Pourquoi les élus signent des permis de construire sans arrêt ? Pour quels profits ?

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Nice : subir la ville chantier.

  1. En tant que galeriste situé dans le centre de Nice, je suis entièrement d’accord avec cet article. En 2016, j’ai écrit au Maire pour l’alerter sur cette désertification des commerces du centre ville. Aucune réponse à ce jour… Le problème semble-t-il n’intéresse pas nos édiles municipales.
    De plus, les taxes foncières sont toujours aussi dissuasives auxquelles s’ajoutent maintenant les contribution foncières des entreprises calculées sans aucun lien avec la réalité économique des commerces. Bref tout est fait pour décourager l’installation de nouveaux commerces.
    Une politique aberrante et contreproductive car si les très nombreux locaux vacants étaient occupés et les taxes diminuées, les rentrées fiscales seraient finalement bien plus importantes
    Un bon sens qui semble avoir totalement échappé à nos dirigeants…

    Christian Depardieu

    Aimé par 1 personne

    • Et il n’y a pas que Nice : le centre de Cagnes est désert, la Colle sur Loup et Vence également. Les centres commerciaux désertifient complétement les villages et les petits villes. Le manque de commerces ouverts accroit encore plus l’insécurité.

      J'aime

  2. Pierre dit :

    Désolé mais je trouve cet article au mieux incohérent, au pire stupide.

    Les travaux créent des désagréments pour circuler. Quelle surprise! Arrêtons les travaux dans ce cas-là, arrêtons la rénovation de cette belle ville, stoppons tramway, coulée verte, gare du sud. Et imaginez-vous, il y a des retards! Des retards dans le BTP! Et bien sûr, faisons passer le tram directement sur la prom, sommes-nous bêtes, comment diable n’y avons-nous pas pensé?

    Si le trajet via un tunnel, plus couteux, plus long, a été choisi, c’est qu’il y a forcément des raisons, que l’on peut d’ailleurs aisément deviner (largeur des voies, dangerosité du tram sur un espace piéton comme la prom, laideur des poteaux électriques recouvrant toute la prom…). Au passage, l’auteur parvient à faire un lien plus que douteux avec les attentats du 14 juillets. A ce niveau-là, ce n’est plus de l’argumentation, c’est de l’invective gratuite et démagogique.

    La fin de l’article se rattrape un peu. On peut légitimement s’interroger sur l’intérêt de multiplier les grandes surfaces (au passage, Polygone n’est que peu rempli par rapport aux prévisions) et la désertification du centre ville. Mais tout mettre dans un seul gros paquet avec le tram, les travaux du centre-ville, l’éco-vallée, ça ressemble plus à une attaque anti-Estrosi grossière qu’à une véritable argumentation.

    Réjouissons-nous plutôt de voir cette ville se transformer, se moderniser. Vive la coulée verte, vive le tram, adieux la gare routière, adieu le vieux Ray. Et c’est tant mieux.

    J'aime

    • Je vous remercie pour l’incohérence et la stupidité. Mais il est clair qu’en ce moment les outrances sont plaisantes, en particulier sur le web… Si vous souhaitez rester aveugle face à des choix partisans, ne vous en privez pas. Mais de bétonner toute une ville et son environnement, de faire des promesses non tenues, est-ce un avenir pour ce qui était une belle ville ? Au fait, un petit détail : il n’y a aucune obligation de faire mouvoir un tramway avec des poteaux électriques ; c’est vrai pour un trolley, pas pour un tramway. Nice a connu le tram sans poteau et le trolley avec.
      Bien à vous.

      J'aime

  3. Pierre dit :

    Monsieur,

    Je veux bien retirer le « stupide » – qui, notez le bien, qualifiait l’article et non son auteur. Mais mon clavier s’est sans doute emporté, et vous avez raison, on voit trop d’outrances sur le web pour ne pas faire preuve de courtoisie quand on le peut.

    Bref, tout cela pour dire qu’en résumé, moi qui suis un Niçois exilé à Paris mais qui revient régulièrement dans sa ville natale, je constate une franche amélioration de l’aménagement de la ville depuis plusieurs années, supportée entre autres par le tram. Et, je le répète, critiquer le fait d’avoir des travaux n’est pas un argument entendable pour moi. Ils sont bien sûrs nuisibles sur le moment, mais réjouissons-nous de voir cette ville se transformer et se renouveler.

    Il y a évidemment des effets d’annonce, consistant à promettre des planning non tenables. Mais quelle importance finalement? Quand les chantiers sont au final bien là.

    Je vous accorde l’argument des poteaux électriques, ce n’était qu’un exemple d’argument parmi d’autres. Je maintiens en revanche qu’il est osé de donner son avis sur le tracé de ce tram sans avoir été dans les détails des études de faisabilité qui ont été faites.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s