La droite perdue des Alpes-Maritimes.

C’est un département qui fut après la guerre plutôt antigaulliste à l’image du maire de Nice de l’époque, Jean Médecin. Mais dans les années soixante l’électorat, avec l’arrivée des pieds noirs va s’installer à droite, mis à part quelques bastions communistes ou socialistes comme Cap d’Ail ou Beausoleil, ainsi que la vallée du Paillon. Ne refaisons pas toute l’histoire, ce serait très long, mais on ne peut que constater au fil des élections que le département est très majoritairement à droite.
Il va devenir le plus grand département sarkozyste de France. En 2012 Nicolas Sarkozy récolte 65% des voix face à une moyenne nationale de 49%. Il en avait obtenu 68% en 2007. A la tête de ce département de droite deux hommes. Christian Estrosi, président du conseil général, puis ministre et secrétaire d’Etat, maire de Nice et président de la métropole, se forge un électorat important en particulier en pratiquant le clientélisme. Pourtant il n’obtient jamais la majorité lors des scrutins municipaux, quadrangulaire en 2014, triangulaire en 2008. Il va donc faire carrière en temps qu’ami de Nicolas Sarkozy.
Eric Ciotti, le meilleur ami d’Estrosi, ne peut pas bénéficier d’un clientélisme aussi important. En effet le Conseil départemental ne peut pas recruter autant que la mairie ou la métropole. Il va donc foncer dans ses propos très à droite, vers la droite populiste en marge du Front national. Une ambition très claire de devenir ministre de l’intérieur ou grand flic de France, mais un tremplin très limité pour cela. Il va donc soutenir Nicolas Sarkozy, puis diriger la campagne de François Fillon pour les régionales, puis le trahir pour aller chez Sarkozy pour les primaires de la droite, puis retourner chez Fillon quand il gagne les primaires, malgré la phrase de ce dernier : « Regardez la tête d’Eric Ciotti. C’est réjouissant de voir la mine défaite des traitres ».
Du coup la droite des Alpes-Maritimes est paumée. Certains écoutent Ciotti qui défend Fillon sur tous les plateaux de télévision, et d’autres écoutent Estrosi qui lui a envoyé des scuds en janvier lors de son premier meeting à Nice et qui continue en annonçant qu’il faut tout décaper. L’électorat de droite est depuis troublé.

rtx13kdx
Alors le Ficanas a décidé de téléphoner à des électeurs de droite. Ils sont clairement déstabilisés avec l’affaire Pénélope. Certains abondent dans le sens du message officiel de Les républicains « C’est une magouille de la presse », « Il y a un cabinet noir, c’est sûr ! », « C’est le gouvernement qui a monté tout ça ». Mais chez les membres du parti on sent une grande déception, surtout morale. Certains renoncent en se disant qu’après tout on ne peut pas faire autrement que de continuer ; d’autres envisagent de s’abstenir probablement. L’affaire AXA qui donne l’impression que le candidat à la présidentielle a fait du lobbying, et de ce fait veut privatiser une partie de la Sécurité sociale pour en faire bénéficier l’assureur, laisse un goût amer dans la bouche des militants.
Les centristes, à l’UDI, sont tout aussi déboussolés. Leur leader local, Rudy Salles, trop proche de Christian Estrosi, est désavoué par les militants du parti : on parle souvent de Macron. Au MoDem on attend une décision de Bayrou.
Mais chez les électeurs traditionnels de la droite républicaine on entend beaucoup de bien du Front national. Ce n’est ni Olivier Bettati, ni l’ex identitaire Philippe Vardon qui les attire, encore moins le programme irréalisable que propose Marine Le Pen, mais simplement le fait qu’il faut rester à droite, alors pourquoi pas… Les plus âgés du centre Nice bourgeois en sont convaincus. «  Avec tous ces migrants. », «  Ca devient dangereux de sortir en ville. », « Faut de l’ordre et vite, il n’y a que Marine pour ça » : remarques de membres de Les républicains !
Que va devenir ce département tellement à droite ? L’électorat est déboussolé, perdu, effondré, presque anesthésié. Les deux leaders locaux vont avoir du mal et semblent largués de ces présidentielles. Le seront-ils aussi des législatives ?
Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, Politique, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La droite perdue des Alpes-Maritimes.

  1. Au grand jeu de chamboule-tout qui a vu dégager Sarko, Juppé et Fillon, le seul recours c’est Nicolas Dupont-Aignan. http://www.nda-2017.fr
    Il est le seul a pouvoir rassembler autour de lui, à pouvoir réformer sans opposer les Français les uns aux autres, et à remettre la main sur la barre du paquebot France qui file vers l’iceberg.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s