Présidentielles : Fillon a « oublié » Estrosi

Le choix de l’équipe de campagne par le candidat de Les républicains est une véritable action œcuménique ; « tout est pardonné » pourrait annoncer le candidat. En effet on retrouve dans l’équipe de campagne toutes les tendances qui composent le parti et même le patron de l’UDI Jean-Christophe Lagarde. Ceux qui se sont affrontés lors des primaires sont tous présents sauf Alain Juppé.

Trois azuréens sont présents :

  • David Lisnard, le maire de Cannes, qui n’avait pas pris de position lors des primaires, mais c’est lui qui organisait le scrutin dans les Alpes-Maritimes. Il se retrouve porte-parole du candidat avec cinq autres collègues.
  • Jean Leonetti, le maire d’Antibes qui pourtant avait soutenu Alain Juppé, l’un des rares du département à le faire. Il va faire partie du « pôle élus ».
  • Eric Ciotti, le président du conseil départemental, qui a pourtant trahi le candidat dont il avait été le directeur de campagne en 2012, et qui a soutenu Nicolas Sarkozy lors des primaires. Mais il est vrai que dès les résultats publiés il s’est empressé de déclarer : « François Fillon est celui qui apporte les meilleures réponses au déclin économique, social et identitaire qui frappe notre pays. Aussi, j’apporte mon soutien à François Fillon et appelle les électeurs à une large mobilisation autour de sa candidature ». Il va faire partie du groupe « Faits, chiffres, arguments ».

estrosi-pas-selectionne

Mais où est donc Christian Estrosi ? Certains journaux affirment qu’on lui reproche sa grande proximité avec Nicolas Sarkozy. Bizarre, on le reproche à Estrosi et pas à Ciotti ? Le reproche n’est probablement pas là.

François Fillon connaît bien Christian Estrosi, il l’a eu deux fois comme ministre, mais paraît-il qu’il n’aurait pas gardé un excellent souvenir de ses passages. En réalité, le grand patron de la campagne c’est Patrick Stefanini. Candidat malheureux à la municipalité niçoise, bien que soutenu par le RPR, il va se faire rétamer par Jacques Peyrat, ex FN, devenu subitement sans étiquette. L’élection passée, Stefanini voulait que Peyrat entre à l’UDF, mais Estrosi voulait qu’il entre au RPR. C’est ce dernier qui a gagné. Mais quand on a appris le 15 septembre dernier que Christian Estrosi a demandé à Valérie Pécresse de virer Stefanini, directeur des services de la région qu’elle préside en disant « Tu ne peux pas garder quelqu’un qui fait la campagne de Fillon » on comprend les réticences du grand patron.

Fillon va-t-il se passer de l’électorat azuréen de Christian Estrosi ? Est-ce Ciotti qui a en charge de le récupérer ? Ou bien une réconciliation de dernière minute est-elle possible ? Le royaume régional, départemental, métropolitain et municipal d’Estrosi serait-il en train de s’effriter ?

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s