Ciotti vend notre part de l’aéroport de Nice ? Pourquoi ?

Fin juillet l’État a vendu 60 % de ses parts de la société Aéroports de la Côte d’Azur au consortium Azzura. Ce consortium est constitué de la société italienne Atlantia et de EDF Invest. Atlantia (Benetton) possède la plupart des autoroutes italiens et surtout l’aéroport de Rome. Atlantia est donc récompensé de l’annulation des fameux portiques de collecte de l’Ecotax suite aux manifestations en 2014. Pour cette vente L’État n’a pas demandé son avis aux contribuables qui ont financé l’aéroport depuis des années. On nous a refait le coup de la vente des autoroutes.

C’est au tour du Conseil général des Alpes-Maritimes de vendre ses parts. 4 des 5% qu’il détient en notre nom dans la société. La décision d’Eric Ciotti surprend mais il veut engranger 81 millions d’euros de la société qui gère l’aéroport de Nice, celui de Mandelieu et le site de Saint-Tropez. Mais que va faire Eric Ciotti de cet apport financier ? Va-t-il le rembourser aux contribuables du département qui investissent au travers de lui depuis des années ? Pas du tout, il déclare que le département va « poursuivre son désendettement, mettre en œuvre des actions structurantes pour les Alpes-Maritimes et perpétuer sa vocation de solidarité territoriale ». Si la deuxième partie de la phrase est d’un flou remarquable, la première est plus significative.

Eric Ciotti

En effet on apprend par la bouche de son président que le département des Alpes-Maritimes est tellement endetté qu’il faut lui insuffler 81 millions d’euros. Mais comment en est-on arrivé à une telle situation ? C’est pourtant la même majorité qui dirige le Conseil départemental depuis des lustres. En effet la droite préside le Conseil général depuis 1951 ! Jean Médecin, Francis Palmero, Joseph Raybaud, Jacques Médecin, Charles Ginésy, Christian Estrosi et enfin Eric Ciotti se succèdent depuis 65 ans et on conclut par un endettement !

Mais ce n’est pas terminé : car il y a un autre actionnaire qui possède 5% des parts et qui est encore plus endetté : la fameuse métropole Nice-Côte d’Azur de Christian Estrosi. D’ici que le président vende à son tour ses parts pour rembourser sa dette abyssale… Et puis il y a la région qui est aussi actionnaire et endettée (région dirigée par le même président).

Le plus cocasse est que région, département, CCI et métropole s’étaient retirés du processus de privatisation pour marquer leurs désaccords avec L’État. Si on comprend bien la situation, ces organismes (sauf la CCI) ont pompé notre argent pour créer cet aéroport et maintenant qu’ils vendent nos investissements ils ne nous remboursent ni le capital, ni les profits. Ils se contentent de solder les dettes de leurs organismes qu’ils n’ont pas su gérer. C’est le cas d’Eric Ciotti et cela va-t-il être le cas de Christian Estrosi ? A bientôt…

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, Politique, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ciotti vend notre part de l’aéroport de Nice ? Pourquoi ?

  1. Fourestier dit :

    Pour une fois je ne suis pas votre analyse. Le contribuable n’est pas actionnaire de la collectivité. Celle-ci n’a pas vocation à rembourser notre cote-part de cet investissement qui n’a pas vocation à être géré par le public sauf s’il y carence de l’initiative privée. Selon moi mieux vaut se desendetter d’emprunt souscrit à des taux d’intérêt plus élevés que ceux que la collectivité pourra souscrire aujourd’hui. Merci pour vos billets toujours bien écrits. Salutations Sylvère lecteur assidu. Ps : la détestation de certaines personnes publiques ne doit pas nous conduire à leur reprocher les rares décisions censées qu’ils peuvent parfois prendre dans un éclair de lucidité ?!

    Aimé par 1 personne

    • Je vous remercie pour votre commentaire Sylvère. Il est justifié. D’abord mon analyse est simpliste, le problème n’est pas en fait le remboursement de la dette, mais le montant de cette dette. En 2003 cette dette était de moins de 93 millions d’euros ; en 2010 elle arrivé à 999 millions d’euros. En 2012 une partie est transférée à la métropole de Nice et descend à 820 millions d’euros.
      Le problème est une mauvaise gestion. Il y a des dépenses obligatoires, mais on va au delà de cela depuis des années.
      Merci de me lire Sylvère. Bien à vous.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s