Tante Jeanne et l’Euro à Nissa.

Tante Jeanne : – Ah le neveu ! Fa mi une baieta.

Le Ficanas : – Volontiers ma tante, mais pour quoi tout est fermé ? Tu vis dans le noir ? Il y a un deuil ?

Tante Jeanne : -Que babatchou, Je suis là, je ne suis pas morte… Non je me prépare.

Le Ficanas : – A ton enterrement ?

Tante Jeanne

Tante Jeanne : – Adiéou baraca, tu es vraiment comme ton père. Aussi stasi que lui. Mais non je ne répète pas mon enterrement. Je me prépare pour lundi prochain, le 27.

Le Ficanas : – Et c’est pour cela que tu vis dans le noir, tout fermé, alors qu’il commence à faire beau ?

Tante Jeanne : – Tu es sûr que tu travailles dans un journal ? Toi l’information ça t’effleure ! Tu as regardé la façade de l’immeuble en venant ?

Le Ficanas : – Oui j’ai vu qu’il y avait des tacons au troisième. Ah mais c’est chez toi ?

Tante Jeanne : – Atchidentè, il commence à comprendre ! J’ai fait fermer les fenêtres avec des planches pour que l’on ne puisse pas entrer chez moi.

Le Ficanas : – Et le syndic il t’a laissé faire ?

Tante Jeanne : – Ah, le balourdin ? Bien sûr il est venu ; il m’est monté la boufaïsse et je l’ai mis dehors. Ce babi il ne fait pas la différence entre un immeuble et un chef-d’œuvre en péril.

Le Ficanas : – C’est quoi le chef-d’œuvre en péril ?

Tante Jeanne : – C’est moi, babatchou ! Tu ne pensais pas sérieusement que je répétais mon enterrement ? C’est moi le chef d’œuvre en péril. T’imagine Nissa au calme, sans personne pour faire lever la tête à tous ces caga-bleas ? Si moi je ne dénonce pas, qui va le faire ?

Le Ficanas : Pour ça je te fais confiance. Mais je ne vois pas le rapport entre les fenêtres fermées par des planches, le syndic, le 27 juin…

Tante Jeanne : – Tu continues et tu vas obtenir le tavan d’or. Il se passe quoi le 27 ?

Le Ficanas : – Attends, je regarde sur mon téléphone : ah ! C’est la saint Fernand.

Tante Jeanne : – O Cristo ! Il est pire que son père ; que veux-tu que ça me fasse la saint Fernand ? J’en connais pas des Fernand, ils sont tous morts. Mais non, niocou, ce sont les huitièmes de finale de l’Euro dans le méga-stade de l’Estrosi.

Le Ficanas : – Tu t’intéresses au football maintenant ?

Tante Jeanne : – M’en bati du football. Mais un huitième de finale, on va être envahi.

Le Ficanas : – Ah oui, c’est comme les autres fois, ça va boucher la circulation dans toute la ville…

Tante Jeanne : – Ça je m’en fous je n’ai pas de voiture. Mais avec leurs calculs de résultats, de poules, de buts… Il risque d’y avoir les Anglais ! Tous des ouliganes…

Le Ficanas : – Tu veux dire des Hooligans ?

Tante Jeanne : – C’est ça, des bastardons qui boivent de la bière tiède. Quand ils sont saouls, avec un coup de cagnard par-dessus, ils deviennent méchants, calus, ils s’emboucanent puis deviennent fadas. Alors, à ce moment-là ils s’attaquent à tout !

Le Ficanas : – Ils ne vont pas grimper sur la façade de l’immeuble jusqu’au troisième étage ! Ce ne sont pas des Spiderman !

Tante Jeanne : – Et qui va les empêcher ? La Municipale ? Eux ils font tourner la sirène sur l’avenue pour que la pizza arrive encore chaude… Et le millier de caméras ce sera pour constater, après, que j’ai été occise. Porca misèria, si je survis à cette journée, je ne te dis pas ce qu’ils vont prendre ceux qui ont organisé cette cagade d’Euro.

Le Ficanas : – Ah mais tu as déjà commencé, ma tante.

Tante Jeanne : N’oublie pas le neveu que l’aiga que coure noun s’arresta óu mourre.

Cagades recueillies par Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s