1912 : Le Petit Journal pour mardi-gras !

Ce mardi 9 février 2016 ce sera la fin de Carnaval (sauf à Nice), la veille du mercredi des Cendres et du début de la période de Carême.

Le dimanche 17 mars 1912 Le Petit Journal, à Paris, fête son cinquantenaire et à cette occasion publie un supplément illustré sur le Carnaval de Nice. A la une le char de S.M. Carnaval XXXX sur les boulevards de la capitale. Ce corso coïncide avec les fêtes de la mi-carême ou fête des blanchisseuses célèbres dans le monde entier et qui datent de l’ancien régime. Elles attirent des participants de toute l’Europe.

La une du Petit Journal du 17 mars 1912

Le Petit Journal atteint un tirage d’un million d’exemplaires et pour fêter son cinquantenaire, il va faire monter à Paris cinq chars du Carnaval de Nice à ses frais. Mais avec les chars il fait venir à la capitale les animateurs et danseurs de Carnaval, qui pour certains d’entre-eux, visitent Paris pour la première fois. Les parisiens n’avaient jamais vu un tel corso.

La double page centrale du Petit Journal du 17 mars 1912

Les chars de l’époque sont très grands et ils arrivent en pièces détachées. Pour les remonter un atelier provisoire va être installé sous le métro aérien, fermé par de grandes bâches, à la station Corvisart.

Carnaval Ficanas 3

Grosses têtes niçoises à Paris

Paris : 1912 Les Géants - Photo Seeberger Frères

Outre le char du roi, très rabelaisien, dont la tête est mobile, ils découvrent le char de la Rascasse avec un énorme poisson, celui des gardiens du Louvre et celui du bandit de Pégomas ; en effet une légende niçoise affirmait que c’était lui qui avait volé la Joconde le 22 Août 1911 (on ne la retrouvera qu’en 1913). Ces deux derniers chars, très satiriques firent grincer des dents certaines personnes… Enfin, comme à son habitude, la France était en pleine crise économique, le char de la Vie Chère parodiait l’augmentation incessante du prix des denrées.

Le char du roi 1912 à Nice (Agence Roll – Bibliothèque Nationale de France)

Char Au Revoir avec la Joconde

Le Bandit de Pégomas emportant la Joconde

Tartarin de Tarascon au carnaval de Nice en 1912.

Ce défilé de mi-carême va fortement impressionner les parisiens qui descendront très nombreux en 1913 et 1914 à Nice. Hélas la première guerre mondiale va mettre les Carnavals de Nice et de Paris en suspend dès 1915.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

A propos christiangallo

Rédacteur du Ficanas depuis 2005. © Le Ficanas est une marque déposée ®
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s