Nice sauvée du Corona virus.

Son épouse est partie travailler à Paris. Ils ont pensé être malades tous les deux, mais ça va mieux. Mais il a peur quand même et il reste enfermé dans son appartement. Mais comment exister quand on est enfermé vis à vis de ses concitoyens ? Heureusement son épouse connaît du monde et parle de lui avec des journalistes de chaînes de télévision.

Il peut donc lancer des appels sur son téléphone. Mais pas de maquillage, pas de prompteur pour lire le texte ; c’est dur, dur… Et en outre il faut avoir des idées et avant les autres. Dans sa région il y a des gens qui ont des initiatives : un tel veut fournir des masques à tous les habitants, un autre vaporise du désinfectant sur la ville, un autre, encore, installe des centres de dépistages publics. Le problème est qu’ils décident tous avant lui.

Alors il a repris la méthode de l’effet d’annonce : on évoque une grande décision et peu importe si on la réalise beaucoup plus tard ; elle a été annoncée. Tandis que l’action se déroule chez les voisins, il affirme qu’elle va se dérouler chez lui avec grande ampleur. Son bon peuple, qui n’a pas le droit de se rencontrer et passe sa journée devant un téléviseur, se téléphone en permanence. Car tous ont peur, très peur même, alors, tel le petit père des peuples, le Duce ou le conducator, il les rassure en démontrant que le chef a des initiatives qui vont les protéger. 

Et c’est vrai : que peut le virus face au chef ? Il a essayé de l’attaquer mais sans résultat, le chef est toujours debout. Il est question de construire dans la plaine du Var une nouvelle église du vœux. La première a été édifiée pour remercier la Vierge d’avoir protégé la ville du choléra en 1832. La nouvelle, plus laïque encensera le protecteur du Corona virus (avec dit-on statue monumentale en vrai bronze). 

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , | 4 commentaires

Municipales : Nice ignoré !

Savez-vous qu’à Paris, à l’Assemblée nationale, quand on parle de Christian Estrosi ou d’Eric Ciotti on les nomme les pizzaïolos (on devrait dire les pizzaïoli d’ailleurs). Envahissant en général les plateaux de télévision (l’un des deux est bien placé pour cela) ils abreuvent les commentateurs de leurs conseils probablement avisés. Soit ils se disputent pendant des années, soit ils se réconcilient : on dirait Les Feux de l’Amour. Cela permet de meubler des bulletins d’informations un peu vides qui annoncent qu’ils vont les avoir en exclusivité (les autres n’en voulant pas ce jour-là).

En pleine crise de Corona virus, ils n’apparaissent pas pour les élections municipales. L’un des deux candidatait pourtant pour renouveler son siège de premier magistrat à Nice, mais les télévisions nationales l’ont ignoré. Seul France 3 local a diffusé son interview organisé dans une salle trop grande (le candidat étant éloigné des micros pour cause de Corona) et on n’a rien entendu. Content de son résultat il a fait part des nouvelles mesures qu’il prend pour lutter contre le virus.

Mais tandis que les chaînes d’information, les chaînes généralistes parlaient sans cesse des résultats dans les grandes villes de France, des difficultés de certains ballottages, des éventuels partenariats si le scrutin serait maintenu, pas un seul mot sur Nice, la cinquième ville de France. En fait tout le monde s’en fout. Même le fait qu’Estrosi ne soit pas élu dès le premier tour n’intéresse plus les médias. Comment ce candidat rassembleur qui réunit Les républicains, la République en marche, des centristes, des ex socialistes, des ex front national, des écolos vrais ou faux, bref tout le panel politique possible et inimaginable (tient! Pas de communiste) est ignoré par les médias alors qu’il est devenu le grand rassembleur national.

On comprend alors pourquoi la ville de Nice perd des milliers d’habitants chaque année : ils sont vexés et ignorés, alors ils se taillent.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

P.S. : mauvaise nouvelle, Christian Estrosi et son épouse viennent d’être détectés positifs au Corona virus. Courage à tous les deux !

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , | 3 commentaires

Nice : calcul estrosien

Démolition du théâtre national de Nice : 1,5 millions €

Démolition du Palais des congrès Acropolis : 3,5 millions €

Aménagement de l’église des Franciscains en théâtre : 3 millions €

Prolongement de la coulée verte : 25 millions €

Nouveau palais des expositions (à l’Ouest) : 200 millions €

TOTAL : 233 MILLIONS €

Ben, voilà, voilà… (Sources Les Echos)

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , | 2 commentaires

Côte d’Azur : que vont proposer en urgence les maires avec la crise actuelle ?

L’économie de la Côte d’Azur repose sur deux éléments principaux : le béton et le tourisme. Il y a également le commerce mais qui fonctionne plus en économie fermée. Il va y avoir de nouveaux maires et d’autres qui vont rester, leurs mandats étant renouvelés. Mais la fête risque d’être de courte durée.

En effet, avec l’épidémie de Corona virus, l’économie des Alpes-Maritimes a été totalement bousculée. Petites manifestations locales annulées ou reportées sine die mais surtout congrès de grande dimension : MIPIM à Cannes (25.000 participants sur trois jours), Foire de Nice. On parle également à Cannes de l’annulation du MipTV (10.000 participants). Les fiches de réservation se vident : non seulement celles des hôtels, des restaurants,  mais également des métiers de bouche (traiteurs), des transports avec les voitures et les voituriers, des taxis, des personnels d’accueil, des décorateurs, des sociétés d’évènementiel, des agents de sécurité… 

David Lisnard, le maire de Cannes, a déclaré qu’il fallait faire face à « un véritable désastre social et économique pour secteur touristique ». C’est la cas à Nice et à Menton également. Lisnard réclame notamment la création d’un fonds d’urgence, la réduction des charges fiscales et sociales et l’allocation d’aides directes exceptionnelles « destinées à indemniser plus justement le préjudice commercial ».

L’Etat s’est déjà engagé à retarder la perception des charges auprès des entreprises. Mais sur la Côte d’Azur, au sortir de l’hiver, période où les entreprises sont fragiles, quelles solutions vont amener les communes, métropole et communautés qui perçoivent un grand nombre de taxes ? Seule la population locale fait encore tourner l’économie, mais quand on voit que le Congrès mondial de médecine anti-âge, le plus important salon de Monaco, est repoussé d’une année on peut s’inquiéter.

Les maires que nous allons élire doivent rapidement faire des propositions, avant le 15 mars, pour séduire les électeurs. Vont-ils pouvoir compenser les pertes, envisagent-ils des mesures de relances économiques à court terme ou bien vont-ils se contenter de regarder les files d’attente à l’entrée de Pôle-Emploi ?

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Alpes-Maritimes : une députée surprenante !

Quand Nice-Matin se pose la question de savoir si Estrosi est soutenu par La République en marche, on pourrait croire à une blague. Mais il n’y a pas que Nice et il y a plus surprenant. La quatrième circonscription des Alpes-Maritimes, celle de l’Est du département, est représentée à l’Assemblée nationale par Alexandra Valetta Ardisson, élue sur la lancée macroniste lors des dernières législatives. Mais aujourd’hui tout le monde se pose la question : a-t-elle voté la motion de censure contre son propre gouvernement il y a deux jours ? Surprenant ? Peut-être, mais pourtant…

Pour les élections municipales à Menton cinq listes sont en présence dont trois semblent être en tête du scrutin : Olivier Bettati pour le Rassemblement national (et de nombreux membres venant d’horizons divers), Jean-Claude Guibal (maire sortant) pour Les Républicains et Patrice Novelli, UDI soutenu par le MoDem et Agir (l’aile droite du gouvernement). Il y a également une liste d’union de la gauche avec Frédéric Pellegrinetti et une liste EELV de Laurent Lanquar-Castel.

La logique et la fidélité politique voudraient que Madame la députée présente des candidats de la majorité présidentielle à Patrice Novelli qui représente deux des trois composantes de la majorité. Eh bien non, elle préfère les faire inscrire sur la liste du maire sortant, membre de Les républicains : il s’agit de Sébastien Uscher, Romain Ciberi et Florence Lagache. Pourtant le parti Les républicains vient de déposer, sans succès, une motion de censure pour faire sauter le gouvernement. On peut alors se poser légitimement la question : Alexandra Valetta Ardisson est-elle toujours dans la majorité présidentielle pour en arriver à caser ses candidats dans le parti des opposants au détriment de sa majorité ? A-t-elle voté la motion de censure ou alors prépare-elle un avenir personnel incertain et surprenant ?

Christian Gallo – © Le Ficanas ® – photo : Clotilde Dumay.

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 8 commentaires

Nice : jalousie immobilière entre le Département et la Métropole

Nicolas Sarkozy souhaitait que le département des Alpes-Maritimes devienne une métropole. Il en avait confié la tâche à Christian Estrosi qui ne pourra en réunir qu’une partie, l’Est et l’Ouest du département refusant de participer à la future métropole. Le département se retrouve alors divisé en trois parties : le centre de Nice à la montagne plus Cagnes sur Mer et Saint Laurent du Var, l’Ouest avec Antibes, Cannes, Grasse et l’Est avec Menton et la vallée de la Roya. 

La préfecture des Alpes-Maritimes est donc installée dans la métropole niçoise. Les bureaux sont au CADAM (Centre Administratif Départemental des Alpes-Maritimes) dans des bâtiments formés de cubes, que l’on surnomme des bulles, construits il y a quarante ans à l’entrée de la vallée du Var. Il va falloir, pendant ces quarante années, renforcer les abords car nous sommes là en pleine zone inondable. 

Le CADAM c’est 2.200 fonctionnaires, treize bâtiments, 81.000 m2 de surface de plancher et 2.000 places de stationnement. Une station de tramway, la proximité de l’aéroport et une sortie d’autoroute. Même si les bâtiments ont parfois besoin de travaux de mise à jour, l’ensemble est bien pratique et donne satisfaction.

Mais Charles-Ange Ginésy, président du Conseil départemental, a mis en œuvre deux projets : le GREEN Deal (plan de transition environnementale) et le SMART Deal (plan de transition numérique). Difficile de comprendre à quoi peut bien servir ce SMART Deal. Il s’agit tout simplement d’améliorer le quotidien des citoyens par la modernisation de l’administration départementale. Résumons : tout doit être fait en ligne ; vous ne sortez plus de chez vous (à quoi bon, vu la pollution) et avec votre accès internet vous vivez administrativement. 

Donc pour en arriver là, on va raser le CADAM et construire un seul et unique bâtiment qui au dire du président va « autour de la construction d’un Smart Building permettant de rapatrier l’état-major du SDIS et de rapprocher tous les centres opérationnels dans la gestion de la sécurité des biens et personnes et l’utilisation des datas : le SDIS, la gestion du trafic routier, les données météorologiques, les données environnementales… » Si vous n’avez pas compris, ce n’est pas grave : on va tout raser pour mettre un seul immeuble, ce qui dégagerait des espaces pour des jardins probablement.

Eh bien non ! Puisque Christian Estrosi, président de la métropole, rase des bâtiments publics et en construit d’autres sans cesse, pourquoi le président du département n’en ferait-il pas autant ? Et en outre, nique superbe, sur le territoire de la métropole ? Ginésy avoue alors : « Cette opération majeure devra optimiser le site en le densifiant et en libérant du foncier notamment dans sa partie nord-est, au contact du quartier des Moulins, pour ouvrir le site sur la ville de Nice. » On est rassuré, la guerre du béton entre Nice et le Département va s’intensifier et il s’agit d’une grosse opération commerciale !

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , | 3 commentaires

Nice : un Chirac bien encombrant !

L’histoire de la statue de Jacques Chirac aux Ponchettes dans l’axe de la préfecture est un événement amusant et rocambolesque. Ce jour-là, à la même heure, était inaugurée sur le port à la galerie Lympia (l’ancien bagne) une exposition consacrée aux œuvres de Soulages. Mais le problème est que cette galerie appartient au Conseil départemental des Alpes-Maritimes et non pas à la métropole de Nice. Dans la métropole l’art est réservé aux achats fort dispendieux de Jean-Jacques Aillagon et les deux musées du Conseil départemental (Galerie Lympia et musée des Arts asiatiques) doivent être passés sous silence.

Bref, on démolit le plus vieux musée d’art moderne d’Europe, la galerie des Ponchettes, fondé en 1947 par l’UMAM (Union Méditerranéenne pour l’Art Moderne) à la demande de Matisse et de Bonnard. Il en reste les colonnes, les murs ont disparu. Donc on inaugure une statue de Chirac, dans un espace Chirac où on a mis du dallage chinois, des palmiers (comme partout dans Nice) et où on a repeint les façades des arrières des restaurants et leurs climatiseurs. Nombreux sont ceux qui sont surpris de cette initiative municipale d’ériger une statue en l’honneur d’un président de la République, récemment décédé mais qui fut également, et pour l’instant, le seul président de la cinquième République condamné à deux ans de prison pour détournement de fonds publics et abus de confiance. En réalité, Chirac a encore ses fans qui bêtement sont aussi des électeurs et Christian Estrosi qui ambitionne le renouvellement de son mandat au premier tour de l’élection municipale, a besoin de cet électorat pour arriver à ses fins.

L’inauguration a lieu, la statue très statique n’est pas d’une facture extraordinaire, et on apprend par un journal du nord de la France que le tout a coûté 2.100.000 euros ! Un tiers payé par les contribuables niçois et le reste par ceux de la métropole. Agitations dans le Landerneau facebookien d’internautes surpris par le montant de la dépense. Au bout de deux jours, la municipalité envoie Gaël Nofri, l’ex conseiller de Marine Le Pen, justifier la dépense auprès de Nice-Matin. Et là on apprend que ce chiffre correspond à l’ensemble des travaux du passage : Érection des colonnes (qui étaient déjà existantes) en lieu et place du musée, dallage, palmiers et statue. Cela reste quand même très onéreux. D’autant plus qu’un matin on découvre qu’il manque deux doigts à la statue !

Tout le monde la croyait en bronze et il aurait été difficile de casser deux doigts. Mais un dessinateur, ami du maire, explique qu’il s’agit d’une chose courante car le produit qui a servi à la fonte de la sculpture a mal été nettoyé et il est normal qu’on le voit apparaître quand on casse un morceau. Ah ! Le plus surprenant est que le sculpteur lui-même va venir la réparer. Les Niçois s’esbaudissent : plus de deux millions pour ériger une statue en bronze qui n’est pas en bronze !

En outre l’allusion est claire. A l’entrée du port de Nice on découvre une statue en pierre de Charles-Félix de Savoie désignant le port de Nice de son bras gauche. Il manque les doigts à la statue, cassés par les Niçois, le jour où on retirera à Nice le statut de port franc. Lors des émeutes les doigts furent cassés. 

Pour en revenir à ce malheureux Chirac, on pensait que la propagande électorale était terminée et que tout allait se calmer. Que nenni, un samedi soir quelques promeneurs décidèrent de grimper sur la fameuse statue. Alerté, le maire de Nice, Christian Estrosi, annonce qu’on allait les reconnaître grâce à ses caméras de surveillance. Problème : sur les caméras on ne voit rien et on arrête deux jeunes gens que l’on est obligé de relâcher faute de preuves. Mais alors en quoi est réalisée cette statue dont le bronze ne résiste à rien ? On vient d’apprendre qu’elle est en mousse et a coûté 30.000 €. La définitive sera en bronze et coûtera 90.000 €. Coût de la sculpture : 120.000 €. Et les 1.980.000 € c’est pour le dallage et les palmiers ?

Le Ficanas propose la création d’un collectif pour ériger une statue d’Albert Spaggiari à l’angle de la rue de la Préfecture et de la place du Palais, là où il a sauté par la fenêtre du premier étage. Par la même occasion, on pourrait débaptiser la rue pour lui donner son nom. Après tout le héros n’a grugé que quelques particuliers qui avaient un coffre à la Société Générale et non pas effectué des détournements de fonds publics.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , , | 7 commentaires

Menton : politique à la tronçonneuse

Le candidat à Menton du Rassemblement national, Olivier Bettati a formé une liste mesclun qui rassemble des candidats de toutes origines politiques, même municipales, de gauche, de droite et d’ailleurs. Justement dans cet ailleurs il y a Damien Savastano Rey. Ce monsieur était le responsable pour la région PACA de Sens Commun. Pour ceux qui auraient oublié, Sens Commun est ce mouvement politique très catholique (même traditionaliste) qui est à l’origine de la Manif pour tous, qui organisait les défilés contre le mariage pour tous. On va surtout les revoir pour soutenir François Fillon, en particulier pour le fameux et dernier meeting de ce dernier au Trocadero. 

Le problème est que Damien Savastano Rey va recevoir des plaintes car il aurait déclaré que « l’homosexualité n’était pas « naturelle », qu’elle était « grave » et qu’elle se situait « au même niveau » que la pédophilie « sur l’échelle de la folie humaine ». Il n’y va pas avec le dos de la cuillère le petit Damien, d’autant plus que Sens Commun fait partie de Les républicains. Voila qui doit faire plaisir à Jean-Claude Guibal le maire sortant (et toujours candidat), membre de Les républicains.

Et bien Olivier Bettati l’a viré de sa liste comme le dit Nice-Matin : « J’ai donc pris la décision de l’informer que je le retire immédiatement de notre liste ». C’est du Cahuzac à petite échelle, c’est Menton, pas le gouvernement. Mais l’esprit y est : on recrute un candidat que l’on sait être à Sens Commun, mais personne n’a eu l’idée de vérifier que ce dernier avait tenu de tels propos ! Pourtant on le présente comme le responsable du Rn à Menton. Sur la photo de Nice-Matin c’est le barbu de gauche. Ça y est, ils s’entretuent dans le même parti !

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , | 4 commentaires

Anticoruption verte

Image | Publié le par | Tagué , | Laisser un commentaire

Estrosi – Ciotti : la guerre reprend !

On a quand même eu un bon moment, celui ou le grand chef des investitures de Les républicains, Eric Ciotti, a adoubé Christian Estrosi pour être candidat aux élections municipales. Tout le monde s’est senti soulagé en se disant que l’on n’aurait pas besoin d’aller voter au premier tour et qu’il n’y aurait pas de deuxième tour. La dessus passe la trêve des confiseurs et on se dirige tranquillement vers le printemps électoral. Quelques candidats se présentent soit pour respecter la tradition, soit pour démontrer tout simplement que Nice vit sous un régime parfaitement démocrate.

Et puis on voit revenir Benoît Kandel sous l’étiquette CNIP-DVD. CNIP c’est le Centre national des indépendants et paysans, ancien parti qui va naviguer du centre à la droite quasiment extrême, au point que son président actuel aille au meeting de Marine Le Pen en 2017. Sur la Côte nous avons un candidat du CNIP, soutenu par le Rassemblement national : Olivier Bettati à Menton. Cette candidature de Kandel à Nice ne fait pas vraiment plaisir à Estrosi qui envoie à l’attaque son lieutenant favori Gaël Nofri, ex conseiller de Marine Le Pen et organisateur des campagnes du Front national à Nice.

Là Benoît Kandel déclare : « je suis le seul candidat représentant authentiquement les électeurs de Eric Ciotti ». Et il ajoute « s’ils ont décidé de tourner le dos à Christian Estrosi, c’est parce que celui-ci a trahi leurs convictions politiques en se rapprochant de LREM ». Elle est bizarre cette phrase, c’est celle que psalmodiait dans cesse Eric Ciotti du temps où il était fâché avec Christian Estrosi ! Le plus drôle étant que le député LREM Cédric Roussel, qui avait une grosse envie de candidater, se retire de la campagne : « Nous sommes à trois semaines de la date du début de dépôt des listes pour les prochaines élections municipales, six semaines du premier tour et mon mouvement ne s’est toujours pas prononcé sur Nice, 5e ville de France. Dans le même temps, le maire sortant clame haut et fort rejeter le soutien et les valeurs que pourrait lui apporter notre mouvement, rendant ainsi impossible toute co-construction d’un projet commun ».

Mais ce n’est pas tout, il y a plus comique : l’ancienne adjointe LREM d’Estrosi, Joëlle Martinaux, qui ayant osé évoquer de devenir candidate avait perdu toutes ses délégations nous informe : « Je me range aux consignes du parti [LREM] qui est en train de décider de ne pas présenter de candidat face à Christian Estrosi. Et je suis disponible pour accompagner le maire sortant sur les dossiers de la santé et du social » Pauvrette, elle s’est enhardie à tenir tête au grand chef : punie !

Quand on a une majorité présidentielle qui ne sait plus où elle en est, un ex-candidat putatif qui avance masqué derrière un autre et pour finir un chef qui s’accroche à son fauteuil comme la vérole sur le bas clergé, on est en plein dans la commedia dell’arte : eh oui cher électeur, la guerre n’est pas finie.

Cristian Gallo –  © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , | 4 commentaires