Et si on supprimait régions et métropoles ?

L’Etat a besoin de faire des économies. La France détient toujours un record des impositions fiscales car il faut rémunérer un service public pléthorique. Quand on en fait la remarque, immédiatement on a droit à des phrases du style « vous voulez supprimer des policiers et du personnel soignant… » Si c’est la France qui compte le plus grand nombre de fonctionnaires en Europe (près de 6 millions), elle ne bat pas les records des petits pays de l’Union par rapport au nombre d’habitants mais elle pourrait faire de nombreuses économies.

Il faut avouer que, depuis 1982, avec la loi Gaston Defferre sur la décentralisation, on a plongé dans la régionalisation. On a beau les transformer, les regrouper, ces régions coutent une fortune. On a créé une structure administrative et politique souvent autonome. On nous explique alors que cette structure peut prendre des décisions qui concernent le territoire où nous vivons de façon plus efficace. Quand on utilise les transports ferroviaires régionalisés en région PACA on voit l’utilité de la région ! Les trains sont de plus en plus en retard : en 1970 le train Nice-Marseille mettait 25 minutes de moins qu’aujourd’hui. D’année en année ils ne s’améliorent pas, ni en qualité, ni en efficacité.

hotel_region_montpellier

Hôtel de la région Languedoc-Roussillon à Montpellier

On a fabriqué des structures régionales dispendieuses, logées dans des bâtiments hors de prix. L’hôtel de région Rhône-Alpes a couté 200 millions d’euros en 2010 ; celui de la région Auvergne 70 millions. Depuis les deux régions sont réunies…

En 2009, feu Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon, avait ouvert des maisons de la région à Chengdu, Shanghaï, Londres, Milan, Bruxelles et envisageait de faire de même à São Paulo, Buenos Aires, Hanoï, Tokyo, New Delhi, Madrid, Barcelone, Berlin, Moscou… A cela il faut ajouter la communication dont les présidents de régions sont friands. Pour se faire connaître, une seule solution : investir massivement dans la communication. Sondages, réceptions, logos, journaux… tout y passe. 

Et puis il y a le subventionnent pour clientélisme. En 2007 la Bourgogne a par exemple trouvé 4.000 euros pour développer les échanges entre éleveurs bourguignons et touaregs, 15.900 euros pour encourager la découverte des musiques et des contes du monde, 18.000 euros pour la formation de trois jeunes rugbymen sud-africains, et notamment 25.000 euros pour l’intégration sociale par la pratique musicale amplifiée (à ce prix là elle peut être amplifiée).

On pourrait tout simplement réunir les président des Conseils départementaux d’une même région et négocier les décisions. En réalité on entretient des élus et des employés administratifs dont certains remplissent les mêmes taches que leurs collègues départementaux. 

L’autre pompe à fric ce sont les métropoles. Lorsque Nicolas Sarkozy a demandé à Christian Estrosi de créer la première métropole de France, cette dernière devait couvrir tout le département des Alpes-Maritimes et permettre la suppression du-dit département. Echec : seul un tiers va y agréer. La métropole prenant en charge la totalité des activités des municipalités (mis à part l’état civil) et de ses bâtiments, cela allait provoquer une baisse notable du nombre de personnel. Mais comment demander à un maire de supprimer des emplois alors que ce sont sont ces emplois qui constituent la base de son électorat ? Et comment résister à créer des emplois dans la métropole pour les mêmes raisons ?

Pourtant les arguments de départ étaient imparables : on va faire des économies en regroupant les activités. Conclusion : on construit un stade pour 225 millions annonce Christian Estrosi, et on arrive à 400 environ. On installe une deuxième ligne de tramway annoncée à 450 millions d’euros ; on en serait à plus de 780 et ce n’est pas terminé. Sur la promenade des Anglais le coût avait été estimé à 47 millions.

Les habitants de la métropole niçoise payent. A tel point que l’on va leur offrir une nouvelle taxe foncière pour régler ces dépenses. Mais qui décide ? Des conseillers métropolitains élus lors des élections municipales sans que personne ne s’en rende compte. Ils sont 130 pour la métropole Nice-Côte d’Azur, un par commune (en général le maire), sauf pour les grandes villes Cagnes sur Mer, Saint-Laurent-du-Var, Vence et surtout Nice avec 50% des conseillers. Ils sont tellement passionnés par leur activité métropolitaine qu’il faut même annuler des séances, le quorum n’étant pas atteint. Pour gérer tout cela il y a quand même 12.000 agents. Lors de sa première année d’activité, en 2012, cette métropole avait un budget déficitaire de 945 millions d’euros. Aujourd’hui, avec le bétonnage de la plaine du Var, on ne voit plus les limites : le prévisionnel 2017 annonçait plus de 1,5 milliard.

Des maires sans pouvoir, des conseillers régionaux qui se contentent de voter, voilà à quoi on en est arrivé. Une structure régionale réunissant les conseils départementaux serait suffisante, une gestion départementale par le même conseil suffirait, le pouvoir redonné aux maires, les plus proches de leurs administrés leur permettraient de mettre en commun des appels d’offre sans passer par une métropole dispendieuse. Le contrôle de l’Etat via les préfets départementaux et les préfets régionaux serait suffisant. Ce n’est ni sur les EPAD, ni dans les hôpitaux, ni dans la police qu’il faut faire des économies.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , | 1 commentaire

La fée de l’homme politique.

« A la chambre ! Mais non ! Pas au lit, Maman ! Il n’est pas malade ! A la chambre, au Palais Bourbon.

Oui, à Paris. Je sais, tu as raison, il ferait mieux d’être dans sa circonscription. Mais que veux-tu, la campagne ça l’emmerde. Non, pas la campagne électorale, la campagne avec les vaches folles et les curés pédophiles… Mais il n’est pas pédophile… Charles pédophile, franchement. Mais oui, il met une cravate ; ce n’est pas lui qui n’en met pas.

Il faut que tu décides à mettre tes oreilles quand tu téléphones. Oui ! Tes oreilles, ton appareil auditif. Alors tourne le bouton. Le petit bouton dessus. Voilà ! celui-la. Ha! Tu m’entends maintenant ?Je ne hurle pas ! C’est ton appareil qui marche. Mais tu t’en fous des piles, ça ne s’use pas aussi vite que ça. Ce n’est plus Tapie qui les fabrique. Écoute, Maman, comment veux-tu que l’on s’entende si tu ne mets pas tes oreilles ? Et Michelle, elle vient te voir tous les jours ?

Heureusement, à trente euros de l’heure, elle peut au moins te faire ça. Je l’ai eue au téléphone, elle m’a dit que tu allais bien. Mais que tu passais ton temps à hurler. Alors mets tes oreilles ! C’est quand tu ne les mets pas que tu hurles. Trente euros c’est cher ? Je sais que c’est cher, mais il n’y a personne d’autre dans ton coin. Tu ne veux pas aller en résidence service, alors on paye Michelle. Mais oui on a des sous ! De toute façon c’est Charles qui paye ; entre ses indemnités parlementaires et ses jetons de présence… Il peut payer. Ne t’inquiète pas.

A quoi veux tu qu’il joue ? Il n’a jamais joué ! Mais non, les jetons ce sont des indemnités qu’il touche des entreprises. Mais oui, c’est légal. Rassure toi. Je n’ai jamais rencontré de procureur. Non, Maman, jamais. Mais arrête de dramatiser les choses ! Charles est bien en place. Il faudrait qu’il se bouge un peu pour sa campagne. C’est tout. S’il veut être ministre, il ferait mieux d’être élu.

Mais oui Maman, c’est son métier. Son père à l’E.N.A., son grand-père à l’E.N.A., tu sais c’est de famille. Oui, papa était à la S.N.C.F.. Je sais. Oui, il le sait aussi. Il s’en servira, crois-moi. Mais bien sûr que ça va être utile, ils votent à la S.N.C.F.

Ben, ils ont supprimé la ligne parce qu’il y a le T.G.V. Mais tu t’en fous tu ne prends jamais le train ! Je sais que tu ne payes pas en tant que veuve de cheminot, mais tu détestes le train. Alors qu’est ce que tu t’en fous qu’ils aient supprimé la ligne ? D’accord j’en parle à Charles, mais il n’est pas élu dans ta circonscription. Mais non, Maman, son confrère est dans l’opposition. Je lui dis quand même. Promis.

Bon je te laisse, j’ai les repas à préparer pour ce soir. C’est l’anniversaire de Bastien. Huit ans, oui. Oui, Maman, je vais lui dire, il sera content. Oui. D’accord. Oui. Je t’embrasse. Oui on te téléphone. Oui, Maman  Mais oui je chantonne de temps en temps. Je sais, Je sais. Que veux tu c’était la politique ou l’opéra. Je sais, Maman. Mais non, vous ne vous êtes pas sacrifiés pour rien. Allez, je t’embrasse. Au revoir, au revoir… »

fee2

Martine raccroche le téléphone et s’effondre la tête dans les bras. Elle redresse sa tête brusquement : Maman !

Maman, fille de cheminot, veuve de cheminot. Et moi épouse de député. Oh, rassurez-vous, un tout petit député. Tout petit, petit. Une circonscription de quatre mille électeurs dont deux mille un votent pour lui. Je me suis fait avoir. Que voulez-vous, fils d’énarque, frère d’énarque, petit-fils d’énarque, neveu d’énarque. Moi j’avais une carrière à faire. Je me suis dit, pourris comme ils sont dans ce milieu, je vais grimper vite ! Tu parles, pas un ministre dans la famille, même pas un secrétaire d’Etat. Et le mien il ne comprend rien à la politique.

Ah ! Ils sont brillants les Dubois-Vaudreuil ! Pardon, les Dubois de Vaudreuil. Ils ont ramassé la particule je ne sais trop où. En fin de compte ce n’est pas le programme qu’ils vendent sur les affiches, c’est le nom. Dans ce bled pourri ça marche encore. Imaginez. A leur naissance, il y a une bonne fée qui arrive et qui pointe sa baguette magique sur le front du bambin. « Tu seras énarque, mon fils » Et ça marche…

Pour les filles ? Ah non. Il n’y en a pas. Pour les filles c’est « Tu épouseras un énarque ma fille » Dans ces milieux là on ne travaille pas ; On parade au bras de son cher et tendre sur les scènes de théâtre en campagne électorale et on boit du mousseux tiède en disant « Hum ! ! ! Délicieux ! C’est votre production ? » Eh bien, en général, c’est leur production et ils vous en servent un deuxième. Il y a des alcooliques mondaines, moi je suis alcoolique politique. Je suis saucisson pur porc aussi et rillettes faites maison.

« Hein, Madame la Député, vous n’en n’avez jamais goûté des comme ça ? » Ben non. Heureusement. Et ils vous en refilent en paquet cadeau dans un panier en osier moche et emballé avec du papier cristal.  En campagne, je passe mon temps aux Restos du Cœur à leur amener des cadeaux d’électeurs. Pas envie de crever, moi, à bouffer tout ça ! 

Et la petite, premier prix de récitation, qui vous apporte le paquet dans sa robe, rose tendre ou bleu ciel, plissée et sentant l’eau de Cologne bon marché ! ! !

« Madame,

Vous avez ravi le cœur de notre grand homme,

Et en cela vous nous avez marri,

Mais nous savons tous que vous êtes bonne,

Et cela nous réjouit.

Vous êtes son grand soutien,

Et face à ses épreuves,

C’est donc pour notre bien,

Qu’il va mettre tout en œuvre… »

Il n’en n’a rien à foutre Charles. Mais rien du tout. D’ailleurs la gamine non plus ! Le drame c’est la conne qui l’a écrit. Oh, elle est facile à repérer, c’est celle qui pousse la gamine vers moi en lui causant dans l’oreille, et, pendant ce temps-là, regarde Charles en pensant dans sa tête « Qu’il  est beau !» Bien sûr, elle est encore pucelle à quarante cinq ans. « Ma vie, vous comprenez, Madame, ce sont mes enfants. » Ses enfants, ses enfants, ceux des autres oui ! Je l’imagine, l’institutrice, en train de faire un cours d’éducation sexuelle. Dans le tunnel, le train, elle, elle ne l’a jamais rencontré. Vous me direz, dans la mienne, on ne pense qu’à ça. Des cheminots…

Mais pourquoi on fait élever nos enfants par des pucelles ; Qu’est-ce qu’elles peuvent bien leur apprendre sur la vie, les hommes, la promotion canapé… Les institutrices pucelles, faut les brûler. On trouvera toujours un pape pour les canoniser cinq cents ans après, comme l’autre. De toute façon la pucelle qui flambe, ça sert toujours post-mortem. Demandez donc à Jean-Marie, mais pas à sa fille, elle oublie tout !

Bon. Je cause, je cause… Les enfants sont à l’école, et j’ai fini mon joggage… Oui ! Mon joggage. Je suis bien en tenue de joggeuse là. Tout les matins je fait mon joggage. Avant c’était jogging, je sais, mais depuis que Charles est devenu nationaliste c’est devenu joggage. Il y a plein de mots comme ça. Nous devons faire attention aux enfants, a dit Charles. Alors fini les parkings, les meetings, les brainstormings… Ça devient les garages, les manifestations, les remue-méninges. Tout cela reste bien franchouillard, bien clean – pardon, bien propre – bien électoral. C’est vrai, Charles il n’a rien à dire, mais il le dit bien. Un énarque. 

Elle se retourne vers le portrait de son mari. Elle prend un plumeau et époussette la photo. 

C’est vrai qu’il est beau… Rassurez-vous, il n’a pas toujours été comme cela. Avant il était moche. Mais je lui ai changé la vie.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , | 2 commentaires

Nice : la Vierge du Château

À Rio de Janeiro, au sommet du Corcovado à 710 mètres d’altitude, s’élève la statue du Christ Rédempteur. Haute de 38 mètres, elle est l’œuvre du français Paul Landowski et attire plus de deux millions de visiteurs par an.

Mais vous souvenez-vous qu’il faillit en être de même à Nice ?

Nous sommes dans les dernières années de la municipalité Jacques Médecin, et feu l’Abbé Royal, bien connu dans le Vieux-Nice, lui suggère d’édifier une statue de la Vierge, semblable au Christ du Corcovado, sur la colline du château, face à la mer.

3.-corcovado

Photomontage Nice-Matin

Le maire y est favorable, mais séparation de l’église et de l’Etat oblige, demande que cette statue soit financée par une souscription populaire. Encore faudrait-il savoir si la population serait séduite par l’installation d’un tel monument au cœur de la Baie des Anges ?

Un projet est dessiné. Le quotidien local s’empresse de le publier et demande à ses lecteurs de donner leur avis par minitel. Tous les jours le journal publie les remarques les plus judicieuses.

La face avant de la statue qui regarde la mer est séduisante. On peut grimper dans le monument, et comme pour la statue de la Liberté à New York, on peut contempler la mer en montant à l’intérieur de ses yeux.

Les remarques des lecteurs sont plus politiques qu’esthétiques. Mais le quotidien va également publier le dessin de la face arrière de la statue, celle qui regarde la ville. Et là quelle surprise de découvrir qu’un ascenseur, visible, grimpe le long des plis de la robe de la Vierge et pénètre dans son corps au niveau que les niçois nomment le « tafanari » ! Les habitants goguenards s’empressent de le faire remarquer et mettent en doute la virginité de la Vierge que l’on voulait édifier. 

Le projet disparut et les Niçois évoquèrent alors Catherine Ségurane qui, selon la légende, mit en fuite les turcs avec le même élément de son anatomie. 

Christian Gallo – © Le Ficanas ® – Extrait des Dessous de la Côte

 

Publié dans Actualité | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Quand la destruction crée un art exceptionnel et impressionnant.

Alex Chinneck est un sculpteur britannique de 34 ans dont les oeuvres ne passent pas inaperçues. Il devait devenir joueur de cricket, mais des études en peinture et en sculpture vont faire de lui un artiste monumental. Il commencera avec de petites sculptures, mais très rapidement travaillera sur des conceptions à grande échelle. 

W2.-Alex-Chinneck-Open-to-the-public-Image-by-Marc-Wilmot

Sa dernière création concerne un bâtiment industriel qui doit être démoli. Il s’agit d’une ancienne fabrique de textile et, en hommage à la fonction, Alex Chinneck l’habille d’une énorme fermeture éclair qui montre l’intérieur abandonné. L’oeuvre se nomme « Open to the Public ».

Website-Alex-Chinneck-Birth-death-and-a-midlife-crisis-8

C’est dans un musée allemand que l’on découvre « Birth, Death et Midlife Crisis ». Un résultat étonnant de cette installation où apparait un pilier en, bois noué. Son expérience en architecture, sculpture et ingénierie témoigne de son talent. Chinneck dit « Je voulais créer l’impression que nous avions seulement changé ce qui était déjà physiquement présent dans le musée et que l’oeuvre était née par la manipulation, plutôt que par l’introduction de matériel. Avec cette approche, l’objectif était de produire quelque chose de sculpturalement audacieux mais contextuellement sensible. »

w425A3204

Pour la marque automobile Vauxhall, le macadam se soulève, se replie et la voiture reste accrochée à la chaussée. 

KneesNoseBellyToes_Alex_Chinneck_003

Dans la ville balnéaire de Margate, une maison avait été acquise par la commune pour faire des logements sociaux. En fait il n’y avait pas de travaux et la maison se délabrait. Alex Chinneck va faire glisser la façade et l’on découvre le quatrième étage complètement abandonné. 

La monumentalité des œuvres de Chinneck, avec un aspect théâtral incontestable, change le lieu où elles se trouvent. Toutes les sculptures de l’artiste se trouvent en Angleterre, mais bénéficient d’un retentissement médiatique international. Alors n’hésitez à à aller sur son site http://alexchinneck.com/ vous allez y découvrir de nombreuses surprises plus étonnantes les unes que les autres. 

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Art | Tagué , , | Laisser un commentaire

Une grosse envie de couleur ?

Lorsque l’on va à Istanbul on visite Topkapi, Sainte-Sophie, la Mosquée Bleue et le Grand Bazar. Et puis les rives du Bosphore… Mais qui pourrait imaginer qu’Istanbul regorge de couleurs dans son architecture ?

Sweet-Poison

© Yener Torun – Sweet poison

Torun Yener est un ancien architecte devenu photographe qui photographie le paysage urbain avec minimalisme et couleurs. On découvre alors une ville très colorée, étonnante, pleine d’humour. Souvent des personnages viennent renforcer cet aspect humoristique.

The-First-Step

© Yener Torun – The first step

Au début il ne réalise que des photos en noir et blanc, mais il a la particularité d’exposer uniquement sur Instagram sous le pseudonyme de Cimkedi. On qualifie ses photographies d’architecturales, mais elles sont surtout géométriques, avec des motifs, des lignes simples et surtout des couleurs. Yener choisit « Vibrant, simple et rêveur ».

CAMO

© Yener Torun – Camo

C’est un voyage onirique auquel il nous convie, un voyage où le réel fait travailler notre imagination, où un décor urbain nous rend joyeux.

Pour tout voir :

Sur Instagram : https://www.instagram.com/cimkedi/

Sur Graine de Photographe : http://blog.grainedephotographe.com/architecture-turque-coloree-minimaliste-cimkedi-yener-torun/

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Art | Tagué , , | Laisser un commentaire

Grand écart…

grand écart du FN

Image | Publié le par | Tagué , , | Laisser un commentaire

Orwell revient avec Trump.

En 1945 George Orwell publie, avant 1984, un petit roman considéré comme l’un des meilleurs livres de langue anglaise : « Animal Farm. A Fairy Story ». Il s’agit d’une fable animalière où les animaux prennent le pouvoir dans une ferme et en chassent les hommes. L’auteur de cet article est l’adaptateur français pour le théâtre de cet ouvrage qui sera interprété à Nice, à l’Espace Magnan, par 150 collégiens sous le nom de « La République des Animaux ».

Il s’agit en fait d’une critique de la révolution russe, du stalinisme et du totalitarisme ; l’un des animaux ne se nomme-t-il pas Napoléon ? Orwell dira qu’il s’agit là, également, d’une critique de la censure en Angleterre vis-vis des soviétiques car ils avaient été alliés pendant la guerre.

Dans le roman, les cochons prennent le pouvoir et vont devenir pire que les hommes malgré les sept commandements qui prônent le pacifisme. Ces cochons en prenant le pouvoir vont choisir un dictateur qui instaure un culte de la personnalité.

tumblr_p6lfw10D4c1qkb7luo1_500

C’est la découverte de ce dessin sur Facebook qui, pour moi, évoque Napoléon dans le roman d’Orwell (certaines traductions françaises le nomme « César »). A cette époque George Orwell écrivait dans la presse au sujet de son roman : « Si les gens croient que je défends le statu quo, c’est, je pense, parce qu’ils sont devenus pessimistes et qu’ils admettent à l’avance que la seule alternative est entre la dictature et le capitalisme laisser-faire. » Le libéralisme est-il un capitalisme laisser-faire ? Donald Trump ne gouverne-t-il que pour le culte de sa personnalité? Un dessin qui en dit long…

Christian Gallo – © le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Quand on n’a pas de Johnny on fait du Benalla.

Le drame de cet été 2018 est que les tribunaux sont en vacances. Alors les avocats des diverses familles de Johnny Hallyday n’ont rien à dire et qu’il est trop tôt pour entamer la propagande en vue de la vente du prochain disque de feu le chanteur. L’effet coupe du monde de football est passé, les politiques vont partir en vacances et mis à part les marronniers (c’est ainsi que l’on nomme les sujets qui reviennent chaque année dans la presse, comme le prix des fournitures scolaires) il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Comment alors faire de l’audimat télévisuel et vendre du papier journal ? 

ob_4e0994_macron-tempete-dans-un-verre-d-eau

Coup de bol, un quidam (soit disant Insoumis) a filmé, avec son téléphone portable, une altercation entre des manifestants et un policier lors du défilé du 1er mai. Les manifestants affirment qu’ils allaient boire un coup (il va s’avérer que c’est faux) et le policier n’en n’est pas un, c’est un chargé de mission de l’Elysée. Alexandre Benalla a participé à la campagne pour l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron en tant que garde du corps. Macron ayant été élu, il est récompensé comme les autres par un poste professionnel. 

Mais Alexandre Benalla se la joue… Comme certains de nos concitoyens, on en connaît dans nos entourages, il se fait mousser et se donne un rôle qu’il n’a pas. Il assouvit probablement ses rêves en jouant les barbouzes avec un casque sur la tête, un brassard de policier et sa carte de chargé de mission. Au lieu d’être un simple observateur, il devient le bras armé de la France ! Heureusement on n’est plus au temps du S.A.C. et il n’a tué personne (aux dernières nouvelles). Le problème est que l’affaire Benalla ce n’est pas l’affaire Boulin, ni celle de Ben Barka, ni celle des Katangais. Et puis on ne trouve pas un Pasqua à la tête d’une affaire ou d’une organisation. Alors les médias vont faire avec ce qu’ils ont sous la main.

Mais les politiques d’opposition qui s’ennuyaient ferme à l’Assemblée avec la réforme constitutionnelle trouvent là une superbe occasion pour repousser le débat qui en dérangeait un certain nombre : en effet avec l’adoption de cette réforme 30% d’entre eux allaient disparaître et pis encore ils n’auraient plus droit qu’à trois mandats successifs (va falloir faire comme Poutine). Alors l’affaire Benalla c’est du pain béni pour ne pas tuer la poule aux œufs d’or.

Vite, vite, on crée deux commissions, à l’Assemblée et au Sénat, présidées par les représentants des partis majoritaires (LREM et LR). On donne donc à chaque fois la co-présidence à un opposant. C’est signe de bonne santé de la démocratie ce qui permet d’interroger les acteurs, ou supposés comme tels, de la dite affaire. Au Sénat, ça va, mais pas à l’Assemblée : l’opposition fout le camp et décide de déposer une motion de censure où l’on va retrouver la gauche, l’extrême-gauche, la droite, l’extrême-droite, unis contre la majorité. Motion qui ne va pas aboutir mais permettre à ces politiques de passer à la télé !

Alors, après le Sarko bashing, le Hollande bashing, voici le Macron bashing. On envoie vite ses petites troupes agiter les réseaux sociaux, largement repris par ceux qui râlent contre la politique gouvernementale, comme ils ont râlé pour les gouvernements précédents. On veut la tête à Macron, comme celle de Hollande ou de Sarkozy. On dit que la France est une royauté (un regret peut-être) mais en fait les Français doivent regretter les piques et il serait franchement temps de ressortir la guillotine pour Benalla ou pour Macron. 

Ça fait passer l’été, et vu la chaleur autant faire de la tempête dans des verres d’eau…

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , | 2 commentaires

Mon éclipse du siècle

IMG_0047

Image | Publié le par | Tagué , , | Laisser un commentaire

« Un homme se noie sur la Prom’ »

Nice-Matin : « Un homme se noie sur la Prom’ ». C’est triste mais il aurait pu se noyer dans la Baie des Anges, en mer, à la limite sur la grève, en tombant d’un bateau… Non il « se noie sur la Prom’ ». Est-ce sur le trottoir ou sur la chaussée ? On voudrait des détails.

noyade-e1370815839305 2

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité | Tagué , , , | Laisser un commentaire