Des municipales qui préfigurent Beyrouth ?

L’été de Beyrouth est comparable aux printemps arabes. Le rejet des hommes politiques en place est flagrant et violent ; véritables dictateurs économiques ils vident de leurs substances financières la population et cela à leurs profits. En est-il de même en Europe occidentale ? Est-ce un mal inhérent à la démocratie ? Mis à part le ministre de l’Intérieur, le Premier ministre vient d’une petite ville dont on n’avait jamais entendu parler. 

Les élections municipales sont terminées : un tour au début de la pandémie de Corona virus et un deuxième tour après. Elles se concluent par le fait que très peu de citoyens sont allés voter. Pourtant la décision d’Emmanuel Macron de donner plus de pouvoirs aux collectivités locales aurait dû inciter les électeurs à se précipiter dans les isoloirs. D’autant plus que le président avait annoncé que dans le nouveau gouvernement il y aurait des élus des grandes villes.

Mais que représente ces élus. Dans le tableau ci-joint l’Association pour la Démocratie à Nice (ADN) publie les résultats du deuxième tour des élections à Nice, non pas par rapport aux suffrages exprimés, mais par rapport aux nombres d’inscrits sur les listes électorales. On constate que Christian Estrosi réalise 15,8 % et que ses opposants entre 5 et 6%. Comment va pouvoir gouverner un maire pendant six ans alors qu’il est soutenu par une minorité ? Qui partagera ses décisions dans la population, mis à part le quotidien local qui le soutient depuis si longtemps ? Même les bénéficiaires des rues peintes en jaune électoral ne seraient pas allés voter pour lui… Les promesses courantes en périodes électorales ne satisfont que moyennement les citoyens : la destruction programmée du palais des congrès Acropolis, celle du Théâtre national de Nice (méthodes comparables à celles de Jacques Médecin avec l’hôtel Ruhl, le municipal, le palais de la Méditerranée).

Peu importe, une fois de plus la commune et de nombreuses autres en France vont avoir un maire minoritaire et s’en contenter. On dira alors que les Français sont dégoûtés de la politique. C’est probablement faux, bien au contraire, mais ils sont dégoûtés des politiciens. Ils le sont d’autant plus quand les décisions qu’ils prennent obligent à des financements sans aucune mesure avec leurs moyens. Ce ne sont pas dans les petits villages que cela se produit mais dans les métropoles, les communautés de communes et bien sur les grandes villes. Des décisions à l’emporte-pièce, des financements nébuleux ont créé une disparition de l’électorat et alimentent un nombre important de mécontents.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Nice : le vélo du Ficanas au musée du sport !

Quand j’étais petit, tout petit, mon papa m’acheta un petit vélo rouge avec la particularité qu’il avait deux petites roues supplémentaires à l’arrière. Je l’utilisais régulièrement jusqu’au jour où mon père enleva les petits roues arrières. Chutant régulièrement je faillis abandonner définitivement la petite reine. Mais la circulation niçoise me fit revenir à de meilleurs sentiments. 

Je ne savais plus où avait disparu ce petit vélo : dans une cave humide, dans un grenier abandonné ? Ayant enquêté au sein de la famille, ce n’est pas sans émotion que je viens de le retrouver.

La moto à la villa Masséna

Apprenant que le maire de Nice expose sa moto dans la jardin de la villa Masséna, pourquoi n’expose-t-on pas le vélo du Ficanas à Nice ? La moto d’Estrosi, la PERNOD 250 GT a été dévoilée en présence du président directeur général du groupe Pernod-Ricard. Après avoir passé l’été dans le jardin elle va rejoindre le fameux musée du sport avec des photos du maire, du temps où il n’était pas maire. 150 Amis du Maire on participé à ce moment émouvant.

Le Ficanas à l’âge du vélo rouge.

Fondé en 1887 le Ficanas, dont l’objectif principal était d’égratigner la municipalité de Malausséna, du fait de son ancienneté le Ficanas réclame aujourd’hui d’exposer le vélo de son rédacteur en chef. Mais pas n’importe où ! Etant donné que le Crédit Lyonnais sponsorise le Tour de France et la ville de Nice avec de la peinture jaune, c’est donc au départ sur la piste jaune de Rauba Capeu qu’ apparaîtra le vélo du Ficanas.

Ensuite, à la fin de l’été il sera porté en cérémonie au musée du sport pour voisiner avec la moto estrosienne. Nous demandons aux Amis du Ficanas de venir nombreux pour cette installation à Rauba Capeu

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Non classé | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Que va devenir le tourisme d’affaire sur la Côte ?

Les chiffres de 2019 publiés témoignent de la vitalité du tourisme d’affaire à Nice et à Cannes. Nice se situe au79ème rang mondial pour congrès avec 36 congrès majeurs accueillis en 2019. Cannes est la championne des grands salons et des congrès professionnels internationaux  du type Mipim, Midem, Miptv, Etc. Le Palais des Festivals réalise un chiffre d’affaires annuel de 45 millions d’euros en deuxième position après Paris. L’Acropolis à Nice réalise lui 19,3 millions d’euros. Si on réunit les activités de tourisme d’affaire des deux communes on est en tête en France. Et on ne tient pas compte de Monaco.

Mais Hélas le Covid-19 est passé par là et la croissance du tourisme d’affaire a été stoppée nette. Les pertes pour 2020 sont considérables et impossibles à chiffrer pour l’instant. Rien que pour le Palais des Festivals de Cannes, son chiffre d’affaires serait diminué de plus de moitié avec l’annulation des manifestations. Mais il faut ajouter à cela toutes les entreprises qui sont les fournisseurs de ces événements et également les activités purement touristiques qui les encadrent (restauration, transport, plage, Etc.)

Un chômage va être difficile à compenser. L’arrivée d’un tourisme français  sur la Côte d’Azur ne compensera jamais les dépenses des grandes entreprises qui participent traditionnellement aux congrès. D’autant plus que ces entreprises se sont rendues compte, pendant le confinement, que le travail via internet évitait les rencontres physiques, qui sur la Côte sont quand même onéreuses.

Christian Estrosi et David Lisnard vont devoir se battre pour rapatrier des marchés et des manifestations pour leurs villes respectives. Le Conseil départemental va devoir faire de même. Le choix qui a été fait de concentrer toute l’économie sur un tourisme massif ne résiste que difficilement à un accident de parcours comme une pandémie. Mais à l’issue des deux dernières guerres mondiales, la Côte d’Azur a été la première région à se redresser économiquement, tout en abandonnant une partie de son patrimoine touristique comme l’hôtellerie. Alea jacta est. 

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , , , | 2 commentaires

Les trois surprises des municipales dans les Alpes-Maritimes.

Pour le totalité des communes c’est pratiquement plié pour ce second tour des élections municipales ; on se demande même si les électeurs vont se déplacer. Il suffit qu’il y ait un bon soleil et tout le monde est à la plage. Mais trois communes peuvent réserver des surprises.

MENTON

Jean-Claude Guibal, 79 ans, se présente pour un énième mandat avec l’étiquette Les républicains. Il a réuni 45,05 % des suffrages au premier tour et il est soutenu par la député Alexandra Valetta-Ardisson qui est pourtant élue de la République en marche ! Face à lui il y a un ancien premier adjoint d’Estrosi Olivier Bettati, membre du CNIP et soutenu par le Rassemblement national. Il a réalisé 29,52 % des voix au premier tour. Mais surprise inattendue, le troisième, Patrice Novelli membre éminent de l’UDI rejoint Bettati. Son parti le jette immédiatement. A qui vont servir les voix qu’il a engrangées au premier tour ?

Comme le faisait remarquer Le Ficanas en décembre dernier, le parti lepéniste avance masqué. Les mêmes prédictions avaient déjà été avancées en novembre. Le tout se confirme.

Menton : premier grand fief d’extrême-droite ou républicain sur le déclin ? L’élection la plus passionnante du département.

REUTERS/Eric Gaillard

SAINT PAUL DE VENCE

Qui aurait pu croire que la belle endormie, livrée aux touristes, allait bénéficier d’un tel remue-ménage ? En fait c’est le Corona virus qui n’a pas poussé les électeurs vers les urnes au premier tour. Le maire sortant ne se représentant pas pour raison de santé, il adoube son premier adjoint Jean-Pierre Camilla qui réalise 38,20 % des suffrages. Face à lui trois candidats Corinne Paolini (24,25), Jean Paul Faure (21,11) et Christophe Issagarre (16,41) Un boulevard pour le premier adjoint (qui est premier adjoint depuis si longtemps) ? Pas du tout car ses opposants, petits canailloux, ont décidé de faire liste commune pour ce second tour.

Cloche merle au village ? probablement. Un scrutin à observer de près.

THEOULE SUR MER

Cette commune du bout du département réserve aussi des surprises. Au premier tour Georges Botella (36,35) dépasse Emmanuelle Cennamo (36,11) : l’écart est bien faible. Alors Botella fusionne sa liste avec Emmanuel Blanc (15,88). Qu’allait faire l’ancien maire, Daniel Mansanti avec ses 11,64 % acquis au premier tour ? Il s’en va et laisse la place libre. Ce qui est drôle dans ce scrutin est le fait que Botella et Cennamo était alliés avant les élections ; mais pour quoi se battent-ils aujourd’hui ?

ET LES AUTRES ?

Les autres ? rien. Dormez tranquilles braves électeurs, tout est plié, empaqueté, distribué. Vous attendrez le dimanche soir ou le lundi matin pour que l’on vous confirme la sauce à laquelle vous allez être mangés.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Ciotti va-t-il mettre les photographes en prison ?

Il y a des jours calmes, pas de problème de santé, de famille, de travail ; seules les informations essayent encore de nous scandaliser, et hélas, y arrivent parfois. Tous les jours on avait un tweet du gros canard blondasse américain, Donald Trump. Rougeoyant il va encore s’afficher, l’air en colère, à la télévision pour faire porter la responsabilité de ses échecs aux chinois, aux européens, à l’OMS, aux immigrés Etc. Il aimerait bien la faire porter aux noirs, mais il y va calmement à cause des émeutes, bien que cela ravisse son électorat. Soyons honnêtes, vu de France, c’est rigolo. 

Attention, nous avons également les nôtres qui sont nettement moins puissants et se contentent de dépenser de l’argent grâce à la crise du Cornora virus. Cela a permis aux roitelets locaux de se valoriser entre deux tours d’élection municipale, histoire de montrer qu’il sont les seuls à faire quelque chose ; on en a même vu un peindre les rues en jaune, histoire de faire peur au virus… (On vient de me signaler que c’était pas pour cela. Je pensais que… sur la lancée !)

Le gros canard américain est très embêté quand les réseaux sociaux démontrent qu’il avait dit n’importe quoi, comme à son habitude. Surtout quand il s’agit de Tweeter, son outil de gouvernement préféré qui remplace les conseillers d’Etat, les ministres, le parlement et tous les journalistes de la planète à l’exception de Fox News. Alors il met en place des lois (malgré le premier amendement) pour qu’ils ne puissent plus s’exprimer et y adjoint Facebook, Instagram et peut-être Linkendln et Messenger. Du coup les Etats-Unis qui semblaient être une démocratie devient un Etat totalitaire au même titre que la Chine, la Russie, le Brésil…

C’est là que l’on est heureux d’être en France, République démocrate, où se genre de situation, de censure, ne peut arriver. Détrompez-vous braves citoyens, même en France on essaye de museler le bon peuple. En effet, un petit député des Alpes-Maritimes (nous parlons de la taille), questeur à l’Assemblée nationale, dépose un projet de loi parce que certains citoyens osent publier sur les réseaux sociaux. Comment des Français envoient des photographies représentant les forces de l’ordre entrain de tabasser des gens, en France ? Vous vous souvenez de la militante septuagénaire, entrain de se faire mettre à terre place Garibaldi à Nice ; ça a coûté la tête d’un procureur et presque celle du président de la République. Si demain vous publiez ce genre de photo avec la loi Eric Ciotti, qu’il propose au parlement, vous risquerez 15.000€ d’amende et un an de prison ferme ! 

Un Etat policé ? Pas encore. Il faut deux ou trois élections démocrates pour cela et que la droite, l’extrême-droite et quelques centristes dissidents s’embrassent, disons, se congratulent, devant les caméras se télévision. RN, LR, dissidents LREM unis, heureux de se montrer sur les écrans ; ce sera beau, même émouvant. Mais ceux qui oseraient rire devant une telle mascarade seraient envoyés, via Big Brother, directement en prison et attendront plusieurs tours sans passer par la case départ…

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité, Politique | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Ce virus est peut-être un film grandeur nature.

Ce n’est pas la première fois que nos générations doivent faire face à un virus ; Sida, grippe H1N1, grippe aviaire, Etc furent des événements marquants au point que l’on oublie la bonne grippe traditionnelle qui fait quand même 10.000 morts par an en France. Et nous n’étions pas vivants du temps de la célèbre grippe espagnole qui en 1918-19 a fait entre 20 et 50 millions de morts dans le monde. 

Mais aujourd’hui tout est différent car les moyens de la communication utilisés souvent à outrance nous font vivre ce Corona virus seconde par seconde et nous plongent dans un jeu extraordinaire où l’on nous offre (ou pas) les moyens de protection. En outre les réseaux sociaux servent de porte-voix et essayent d’influencer les dirigeants pour organiser (ou pas) ces moyens de protection et les soins appropriés pour ceux qui ont été visés par la fameuse roulette russe. 

En fait, le cinéma a souvent proposé des scénarios semblables qui ont fait frissonner les spectateurs des salles obscures. « 28 jours plus tard » de Danny Boyle : un groupe de la protection animale fait irruption dans un laboratoire secret pour délivrer des chimpanzés soumis à des expériences. Les primates, contaminés par un mystérieux virus et animés d’une rage incontrôlable les massacrent et contaminent le reste de la population. Eh bien on a remplacé le chimpanzé par la chauve-souris. 

« Contagion » de Steven Soderbergh : une pandémie dévastatrice explose à l’échelle du globe. Des scientifiques se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du virus, qui ne cesse de muter. Les cas mortels se multiplient, la panique s’empare de la population jusqu’à mettre en péril les fondements de la société.

« Je suis une légende » de Francis Lawrence : un scientifique trouve ce qui semblerait être le vaccin contre le cancer. Ce dernier va se révéler désastreux : il tue les humains les moins résistants et fait muter les autres. L’humanité se retrouve dévastée.

Et il y en a beaucoup d’autres avec ces virus qui mutent, se transforment, se répandent et nous avons la chance (j’ai bien dit la chance) de vivre un scénario exceptionnel en étant acteur. En outre, au lieu de faire semblant de mourir comme au cinéma, on meurt vraiment, le temps de transmettre le virus aux autres. N’oublions pas simples mortels, que nous participons tous à un film exceptionnel, fait de bouleversements permanents, de courses à la recherche, d’érections de barrière infranchissables et surtout d’orateurs en tous genres qui viennent agrémenter et commenter nos aventures. 

In fine nous sommes peut-être cons à rester ainsi confinés en risquant d’affaiblir le scénario.

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité | Tagué , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Le printemps au jardin à St Paul de Vence

Image | Publié le par | Tagué , , , | 1 commentaire

Le confinement heureux.

Nous sommes en 1968, année exceptionnelle, au mois de janvier. Les jeux olympiques d’hiver de Grenoble vont démarrer dans quelques jours, mais en attendant un film, n’ayant aucun rapport avec le sport ou la neige, apparaît sur les écrans : « Alexandre le bienheureux » d’Yves Robert. Alexandre interprété par Philippe Noiret (c’est la première fois qu’il obtient un premier rôle) est un homme bon vivant, cultivateur dans la Beauce, dont la vie est dirigée par une épouse tyrannique et acariâtre qui lui impose tous les jours une liste de travaux démesurés.

Subitement elle meurt, alors Alexandre décide de s’offrir enfin un peu de repos. Il va partager cela avec un sympathique fox-terrier, se couche, suspend jambons et saucissons au dessus de son lit, bref il profite ! Une partie du village s’affole et vient le voir pour qu’il reprenne son travail mais certains estiment que ce confinement semble salutaire et s’apprêtent à en faire autant. Hélas les cuisses de Marlène Jobert vont détruire cette situation idyllique. 

Il est vrai que lorsque l’on vit à trois dans 30 m2 le confinement est très pénible. Le besoin de sortir, de solitude est indispensable car des difficultés psychologiques aggravent la situation. Maintenant certains ont comme moi la chance de vivre dans une maison entourée d’un beau jardin et tout seul. Confinement difficile ? Loin de là et je partage la même situation avec des amis (apanage de l’âge). Aucun ne déclare être malheureux véritablement et se contente de communication téléphonique pour combler les vides. Le reste du temps on se demande le matin ce que l’on va faire pour le déjeuner et l’après-midi venant on se préoccupe du dîner. Malheureux ? Pas du tout, tout simplement égoïstement heureux comme l’était Alexandre dans le film d’Yves Robert. Et puis on se remémore Huis Clos de Sartre pour se donner bonne conscience : « L’enfer c’est les autres ».

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Publié dans Actualité | Tagué , , , | 1 commentaire

Pâques 2020

Image | Publié le par | Tagué , | 1 commentaire

Aie !

Image | Publié le par | Tagué | 3 commentaires